Trophée AP Assurances: Mathieu van der Poel s’impose à Hamme

Trophée AP Assurances: Mathieu van der Poel s’impose à Hamme
Photo News

Mathieu van der Poel (Corendon-Circus) a remporté la 2e manche du Trophée AP Assurances, dimanche à Hamme. Au lendemain de sa victoire samedi à Tabor en Coupe du monde, le champion du monde néerlandais a devancé Laurens Sweeck de 40 secondes et Tim Merlier de 1 : 03. Le Néerlandais Lars van der Haar et Eli Iserbyt complètent le top 5.

Mathieu van der Poel a perdu son grand-père Raymond Poulidor mercredi, mais il a tout de même voulu prendre le départ samedi à Tabor et dimanche à Hamme. Il termine le weekend invaincu. Le Néerlandais a en effet enlevé tous les cross auxquels il a participé depuis son retour dans les labourés. Il s’était auparavant imposé à Ruddervoorde (Superprestige), à l’Euro de Silvelle, à Niel (Rectavit Series) et samedi à Tabor (Coupe du monde).

Chez les dames, la victoire est revenue à la Néerlandaise Annemarie Worst (777), qui l’a emporté avec 3 secondes d’avance sur la championne du monde Sanne Cant. La Néerlandaise Ceylin Alvarado a pris la 3e place.

La Néerlandaise Yara Kastelijn, 4e dimanche, est en tête du classement général avec 16 secondes d’avance sur Worst. Première Belge, Alicia Franck est 7e à 2:14.

Niels Vandeputte s’est imposé chez les espoirs, devant le Néerlandais Ryan Kamp, nouveau leader au général. Le champion de Belgique espoirs Timo Kielich s’est classé 3e.

La 3e manche du Trophée AP Assurances se déroulera le 30 novembre à Courtrai.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Il n’avait plus couru depuis le Tour mais Rohan Dennis avait surclassé tout le monde à Harrogate.

    Par Eric Clovio

    Route

    Rohan Dennis, dernier atout de l’armada Ineos

  • Mathieu van der Poel, lauréat à Namur en 2018.

    Par E.C.

    Cyclo-cross

    Cyclo-cross: Namur, manche mondiale «piégée»

  • Itw croisée Monfort-Bulens ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Par Stéphane Thirion

    Cyclisme

    Gérard Bulens à Maxime Monfort: «Tu as a tout pour devenir un Patrick Lefevere»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Après un mois de tractations, l’informateur Paul Magnette a souhaité mettre un terme à sa mission. © Belga.

    Négociations fédérales: le scénario de l’arc-en-ciel amélioré… après une auto-exclusion de la N-VA

  2. En théorie, une limitation de vitesse fluidifie le trafic et retarde la congestion. Dans le cas du ring de Bruxelles, pas sûr que ça suffise. © Photo News.

    Le ring de Bruxelles à 100 km/h: décélérer ne le rendra pas beaucoup moins polluant

  3. Les drapeaux russe et olympique à la cérémonie de clôture des JO 2014 à Sotchi. Il semble cette fois acquis que le drapeau russe ne flottera pas au Japon.

    L’Agence mondiale antidopage sans pitié pour le sport russe

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite