La presse étrangère impressionnée par la performance des Diables: «L’une des meilleures équipes du monde»

photo news
photo news

Neuf succès consécutifs. En s’imposant face à la Russie ce samedi soir (1-4), les Diables rouges poursuivent leur incroyable parcours dans la phase de qualifications pour l’Euro 2020. Déjà qualifiée pour le tournoi estival, la Belgique s’est maintenant assurée d’être tête de série au moment du tirage au sort (samedi 30 novembre).

En attendant, cette nouvelle prestation de haute voltige suscite l’admiration un peu partout en Europe, où les Diables rouges pointent comment l’un des grands favoris au titre européen. En France, L’Équipe, le quotidien sportif national, voit la Belgique au somme de la hiérarchie. « C’était leur premier véritable test depuis la défaite en Suisse. Les Diables ont confirmé qu’ils seront l’un des favoris du championnat d’Europe l’an prochain », pouvait-on lire. De son côté, la Gazetta dello Sport, en Italie, a indiqué que « la Belgique a submergé la Russie ».

En Russie, également, la presse locale a été impressionnée par le niveau atteint par les joueurs de Roberto Martinez. « C’est l’une des meilleures équipes du monde », pointait Izvestia, le journal russe. « Ils n’ont pas manqué une seule occasion. Déjà en première mi-temps, la Belgique commençait à détruire l’équipe de Cherchesov. La Russie manquait clairement de créativité. »

Même son de cloche du côté de Kommersant… « Ce match a montré que la Russie n’était pas au même niveau par rapport au leader du classement mondial. »

Comme quoi, la Belgique a – peut-être encore plus qu’à la Coupe du monde 2018 – l’opportunité de s’installer sur le trône en décrochant un titre. Ce qui constituerait une forme d’aboutissement pour cette « génération dorée ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Paul Magnette touche au terme de sa mission
: l’informateur royal est attendu lundi au Palais. © Photo News.

    Négociations fédérales: les anti-arc-en-ciel se déchaînent

  2. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  3. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite