Stefanos Tsitsipas, 21 ans, remporte le Masters au terme d'une finale de très haut niveau face à Dominic Thiem

photo news
photo news

Stefanos Tsitsipas (ATP 6) a remporté le Masters de tennis. Dimanche sur le court de l’O² Arena de Londres, le Grec a battu l’Autrichien Dominic Thiem (ATP 5) en trois sets, 6-7 (6), 6-2, 7-6 (4), après 2h35 de jeu en finale du traditionnel rendez-vous de fin de saison qui rassemble le top 8 mondial.

Opposés pour la septième fois sur le circuit, les deux protagonistes ont offert un match de haute volée au public londonien venu les admirer. Malgré des occasions de break de part et d’autre, c’est au jeu décisif que les deux droitiers au revers à une main se sont disputés le premier set, aussi serré que l’écart entre eux au classement mondial. Thiem a profité d’une grosse erreur en revers de l’Athénien de 21 ans pour remporter le set sur un service gagnant après 1h06 de jeu.

Thiem, un passage à vide

Pour son cinquième tournoi des Maîtres de suite, l’Autrichien de 26 ans a connu un vrai passage à vide dans la deuxième manche. Moins en jambe, Thiem n’a pas eu voix au chapitre face au protégé de Patrick Mouratoglou, qui a lui continué à enchaîner les points gagnants afin de recoller à un set partout (6-2).

Malgré un regain d’énergie, le double finaliste de Roland-Garros a concédé un break dès le troisième jeu du set décisif. Mais Tsitsipas, vainqueur du Masters Next Gen en 2018 et plus jeune finaliste depuis l’Australien Lleyton Hewitt en 2001, a perdu son service pour la première fois du match, permettant à Thiem de recoller à 3-3.

Sereins sur leur mise en jeu, les deux joueurs se sont départagés dans un nouveau tie-break. Menant 4-1, le Grec, plus jeune des engagés dans la capitale anglaise, a vu Thiem recoller à 4-4. Mais, plus constant, Tsitsipas a finalement émergé.

Déjà dans l’histoire

Le Grec est devenu le septième joueur à remporter le Masters à l’occasion de ses débuts dans la compétition. Stan Smith (1970), Ilie Nastase (1971), Guillermo Vilas (1974), John McEnroe (1978), Alex Corretja (1998) et Grigor Dimitrov, qui avait battu David Goffin en finale de l’édition 2017, ont déjà signé pareille performance.

C’est uniquement son quatrième titre sur le circuit après ceux acquis à Stockholm (2018), Marseille et Estoril (2019).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Rodriguez

    Par Propos recueillis par Yves Simon

    ATP - WTA

    Carlos Rodriguez est de retour sur le circuit: «On ne bâtit pas une carrière sur le bling-bling»

  • ©News

    Par François Laurent

    Tennis

    Caroline Wozniacki a choisi l’Open d’Australie pour faire ses adieux

  • TENNIS : Madrid 2019 - 24_11_2019

    Par Yves Simon

    Coupe Davis - Fed Cup

    En six mois, Rafael Nadal est passé de zéro à héros

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20170315-3DKLLK 2019-12-05 20:14:59

    Nethys: la tutelle juge les indemnités illégales mais ne peut pas tout annuler

  2. RTR1SY1T

    «J’ai pris la fuite lors de la nuit de noces mais ma mère m’a ramenée à mon mari»

  3. GagnantsPerdants

    Joachim Coens, l’Ommegang et Paris: les gagnants et les perdants de la semaine

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite