Stefanos Tsitsipas, 21 ans, remporte le Masters au terme d'une finale de très haut niveau face à Dominic Thiem

photo news
photo news

Stefanos Tsitsipas (ATP 6) a remporté le Masters de tennis. Dimanche sur le court de l’O² Arena de Londres, le Grec a battu l’Autrichien Dominic Thiem (ATP 5) en trois sets, 6-7 (6), 6-2, 7-6 (4), après 2h35 de jeu en finale du traditionnel rendez-vous de fin de saison qui rassemble le top 8 mondial.

Opposés pour la septième fois sur le circuit, les deux protagonistes ont offert un match de haute volée au public londonien venu les admirer. Malgré des occasions de break de part et d’autre, c’est au jeu décisif que les deux droitiers au revers à une main se sont disputés le premier set, aussi serré que l’écart entre eux au classement mondial. Thiem a profité d’une grosse erreur en revers de l’Athénien de 21 ans pour remporter le set sur un service gagnant après 1h06 de jeu.

Thiem, un passage à vide

Pour son cinquième tournoi des Maîtres de suite, l’Autrichien de 26 ans a connu un vrai passage à vide dans la deuxième manche. Moins en jambe, Thiem n’a pas eu voix au chapitre face au protégé de Patrick Mouratoglou, qui a lui continué à enchaîner les points gagnants afin de recoller à un set partout (6-2).

Malgré un regain d’énergie, le double finaliste de Roland-Garros a concédé un break dès le troisième jeu du set décisif. Mais Tsitsipas, vainqueur du Masters Next Gen en 2018 et plus jeune finaliste depuis l’Australien Lleyton Hewitt en 2001, a perdu son service pour la première fois du match, permettant à Thiem de recoller à 3-3.

Sereins sur leur mise en jeu, les deux joueurs se sont départagés dans un nouveau tie-break. Menant 4-1, le Grec, plus jeune des engagés dans la capitale anglaise, a vu Thiem recoller à 4-4. Mais, plus constant, Tsitsipas a finalement émergé.

Déjà dans l’histoire

Le Grec est devenu le septième joueur à remporter le Masters à l’occasion de ses débuts dans la compétition. Stan Smith (1970), Ilie Nastase (1971), Guillermo Vilas (1974), John McEnroe (1978), Alex Corretja (1998) et Grigor Dimitrov, qui avait battu David Goffin en finale de l’édition 2017, ont déjà signé pareille performance.

C’est uniquement son quatrième titre sur le circuit après ceux acquis à Stockholm (2018), Marseille et Estoril (2019).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • TENNIS : Madrid 2019 - 24_11_2019

    Par Yves Simon

    Coupe Davis - Fed Cup

    En six mois, Rafael Nadal est passé de zéro à héros

  • Johan Van Herck, haranguant David Goffin face à la Colombie, lundi dernier.

    Par Yves Simon

    Coupe Davis - Fed Cup

    Coupe Davis 2020: Van Herck devra persuader Goffin de venir disputer la qualification en Hongrie

  • En short ou en costume, Gerard Piqué est un excellent défenseur
!

    Par Yves Simon, envoyé spécial à Madrid

    Coupe Davis - Fed Cup

    Gerard Piqué: «Des larmes et de la joie: nous avons gardé l’âme de la Coupe Davis»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  2. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

  3. Image=d-20191022-3WTRV1_high

    Dossier «de la pergola»: le parquet renonce à poursuivre Stéphane Moreau et Bernard Thiry

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite