Eden Hazard comme tout le monde l’aime: le capitaine des Diables rouges prend la pose dans les vestiaires du Stade Brainois, son club d’enfance

Twitter Royal Stade Brainois
Twitter Royal Stade Brainois

Revenus dans la nuit après le match en Russie (1-4), les Diables rouges ont profité ce dimanche d’une journée de repos, d’un moment pour aller voir leurs proches. Eden Hazard, le capitaine de la Belgique et star du Real Madrid, lui, a passé un dimanche assez… sportif.

Et pour cause, il était présent au Stade Brainois, où son club d’enfance s’est imposé face à Pont-à-Celles Buzet (2-1) en D3 amateurs. Un club où son père Thierry occupe les fonctions de manager sportif. Après la rencontre, Eden Hazard a été prendre la pose dans le vestiaire local, pour célébrer la victoire du Stade Brainois. Le club l’a en effet communiqué sur ses réseaux sociaux.

Un moment authentique et de pure simplicité dont Eden Hazard est friand. Pour les joueurs brainois, la venue de la vedette du Real Madrid restera en tout cas gravée dans les esprits… Ses frères (Thorgan, Ethan et Kylian) étaient également présents pour assister à la rencontre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190524-3U3PUF 2019-05-24 17:33:25

    Vie privée: les internautes ne sont pas prêts à se rebeller

  2. Le gouvernement Michel (la suédoise MR, N-VA, VLD, CD&V) était lourdement déséquilibré entre nord et sud
: les francophones, avec le seul MR, ne disposait que de 20 sièges sur 63.

    Un gouvernement minoritaire au Nord? Ce n’est pas une première

  3. A la veille du match entre l’AS Roma et l’Inter Milan, le journal italien Corriere dello Sport est au cœur d’une polémique avec cette « une ».

    Discriminations: «On ne peut parler de racisme sans parler des blancs»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Manifestations monstres contre Macron en France: ce qu’il faut oser dire

    Il n’y aura pas eu de chaos. La plupart des trains étaient à l’arrêt ce jeudi et la majorité des écoles, fermées. Mais les Français avaient anticipé ce « black thursday ». Si bien que le « mur du 5 décembre » n’a pas été érigé aussi haut que prévu.

    Emmanuel Macron aurait pourtant tort de considérer la partie gagnée. La mobilisation était très importante dans les manifestations. Et ce n’est que dans les...

    Lire la suite