Accueil Monde Europe

Royaume-Uni: l’étrange «alibi-pizza» du prince Andrew

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Pauvre Elizabeth II ! La Reine doit se mordre les doigts d’avoir donné son autorisation à son fils cadet, le prince Andrew, de répondre aux questions de la BBC sur son amitié avec le pédophile Jeffrey Epstein et les allégations dont il fait lui-même l’objet. Editorialistes et spécialistes de la famille royale sont unanimes au lendemain de la prestation télévisée du rejeton préféré de la souveraine : un véritable désastre pour l’image de la monarchie.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Pablos Gino, mardi 19 novembre 2019, 12:13

    Madame Rose,sincèrement je vous adore je ne le dis pas en riant,vous devez être une femme bonne et honnête,mais votre idéalisme vous fait parfois dévier de la réalité.J'ai été formateur dans une ASBL et cotoyé les dits "barakis" ,croyez moi l'humain qu'il soit pauvre ou riche souffre des mêmes maux.J'ai connu des chômeurs pas tous on s'entend qui avaient une mentalité de traders,s'ils n'étaient pas riches ce n'était pas par vertu mais par manque de roublardise,chose que les autres avaient ,autrement ils étaient tous deux cyniques et sans scrupules pour rouler autrui.Ceci dit il y avait des barakis qui m'étaient sympathiques et dont je garde des liens d'amitié.

  • Posté par Petitjean Marie-rose, mardi 19 novembre 2019, 17:05

    Gino, merci pour votre déclaration bien sympathique. Je n'ai pas dit que tous les barakis sont des gens honnêtes, je regrettais seulement la façon dont vous en parliez à propos de cet Andrew qui apparaît lui comme un drôle de personnage, peu recommandable. Il y a bien sûr des bandits chez les barakis, comme dans les autres "catégories" sociales.

  • Posté par Pablos Gino, dimanche 17 novembre 2019, 19:26

    Bref ils sont nés le cul dans le beurre s'est le cas de le dire,s'ils avaient vu le jour dans une famille émargeant au CPAS ils ne s'en seraient jamais sortis et auraient certainement été des baraquis

  • Posté par Petitjean Marie-rose, lundi 18 novembre 2019, 11:55

    Gino, ne faites-vous pas injure aux barakis en les comparant à ce monsieur ? Les barakis, s'ils récoltent un mépris teinté de racisme de classe, sont pour la plupart des gens parfaitement honorables qui n'ont rien à voir avec les turpitudes dont on soupçonne Mr. de Windsor.

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs