F1: Max Verstappen remporte le Grand Prix du Brésil, accrochage entre Charles Leclerc et Sebastian Vettel

photo news
photo news

Max Verstappen a décroché la victoire à l’issue d’un Grand Prix du Brésil de Formule 1 très animé, dimanche à Sao Paulo. Au terme des 71 tours des 4,307 km du circuit d’Interlagos de ce 20e des 21 rendez-vous du championnat du monde 2019, le Néerlandais au volant de la Red Bull-Honda) a décroché à 22 ans son 8e succès en F1, et le 3e en 2019 après l’Autriche et l’Allemagne. Il a devancé de 6 secondes son ancien équipier Pierre Gasly (Toro Rosso-Honda). Le Français a résisté jusqu’au bout (62/1000es d’avance sur la ligne d’arrivée) au néo-sextuple champion du monde Lewis Hamilton (Mercedes) pour monter sur le premier podium de sa carrière en F1. Toutefois le Britannique a eu un accrochage peu avant l’arrivée avec le Thaïlandais Alexander Albon (Red Bull-Honda) et pourrait être sanctionné. Une enquête a été ouverte.

La course, qui a vu la voiture de sécurité intervenir à plusieurs reprises en fin d’épreuve, a été marquée au 66e tour par l’accrochage entre les deux Ferrari et leur abandon. Sebastian Vettel a heurté Charles Leclerc alors qu’il voulait lui prendre la 4e place. L’Allemand a provoqué le déjantage de la roue avant droite du Monégasque avant de voir son pneu avant gauche éclater.

On signalera aussi la 4e place de la McLaren-Renault de Carlos Sainz Jr. L’Espagnol s’était élancé de la 20e et dernière place sur la grille.

Au classement du championnat du monde, Lewis Hamilton, assuré de son 6e titre depuis le précédent Grand Prix aux Etats-Unis, possède 396 points. Il devance son équipier Valtteri Bottas, contraint à l’abandon au 53e tour, qui en totalise 314. Max Verstappen profite de l’abandon de Leclerc pour s’emparer de la 3e place (260). Le pilote Ferrari est 4e avec 249 unités devant Vettel 5e (230). Plus loin, Gasly occupe désormais la 6e place (95).

La 21e et dernière épreuve du championnat du monde se déroulera à Abou Dhabi, aux Emirats Arabes Unis, le 1er décembre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. d-20181122-3PU9H0 2018-11-22 20:26:06

    Benoît Lutgen: «Les commémorations, ça rappelle ce qui s’est passé dans les années 30, et ce qui se passe aujourd’hui»

  3. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue à la crise fédérale: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite