Accueil Société Enseignement

Quand l’Europe relativise le coût des études en Belgique

Dans l’enseignement supérieur, le minerval et les bourses sont une chose. Les allocations familiales et les déductions fiscales en sont une autre. Le tout mis ensemble permet de relativiser la facture pour les étudiants et leur famille.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 5 min

Minerval, logement, transport, syllabus… La vie étudiante comporte un nombre impressionnant de factures qui, additionnées, peuvent rapidement atteindre une dizaine de milliers d’euros par an. C’est en tout cas la thèse présentée par la Fédération des étudiants francophones (FEF) tout au long de sa récente campagne visant à sensibiliser au coût élevé des études et à la précarité grandissante dans le milieu.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Reginster Jean-luc , lundi 18 novembre 2019, 12:18

    Deux autres critères devraient être pris en compte qui pèsent lourdement dans le coût des études universitaires: le prix du logement (les kots) plutôt inférieur chez nous à ce qu'il est chez nos voisins européens, et la proximité des multiples centres universitaires. La quasi-totalité des étudiants trouve une université dans un rayon de cinquante kilomètres de chez eux. Je doute qu'il en soit ainsi en Suède, au Danemark ou en Finlande.

  • Posté par Jimenez Alba Pilar, lundi 18 novembre 2019, 20:29

    Pour répondre à votre dernier point concernant le logement dans les pays scandinaves cités, la majorité des universités proposent des logements attachés aux universités (campus ou en ville) à leurs étudiants (et aux nôtres qui vont en Erasmus) à des tarifs très compétitifs. Sans compter les services attenants comme salons lavoirs, salles de détentes, bureaux pour travailler... et saunas. Les étudiants sont autonomes, chouchoutés et heureux! Inimaginable et impensable de ne pas faire d’études universitaires. Tout est fait pour que les jeunes avancent. Nous en sommes loin.

  • Posté par brenes norbert, lundi 18 novembre 2019, 9:41

    Intéressant. Si l'on enlève les dépenses qui seraient exposées de toutes façons indépendamment des études on obtient un coût d'environ 5.500 à 6.000 euros par an. Si les allocations familiales et les déductions fiscales représentent entre 2.000 à 3.000 euros par an, il reste pour la famille 3.000 euros à 4.000 euros par an à charge - et encore uniquement pour les étudiants non boursiers. La Belgique est un enfer, assurément.

  • Posté par Wachtelaer Claude, lundi 18 novembre 2019, 8:35

    1° il faut en finir avec le mythe de la gratuité de l'enseignement. Il y a toujours quelqu'un qui paye, soit le bénéficiaire (minerval, etc), soit le citoyen via l'impôt? 2° un paramètre important manque dans les chiffres cités par l'article, l'accès aux études et le taux d'échecs. la CFWB est particulièrement généreuse en matière d'accès (pas d'examen d'entrée) et connaît un taux d'échec particulièrement élevé. Cette situation influence évidemment le financement des études.

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs