La Corée du Nord traite Joe Biden de «chien enragé»: Donald Trump recadre Kim Jong-un

La Corée du Nord traite Joe Biden de «chien enragé»: Donald Trump recadre Kim Jong-un
AFP

Donald Trump est un adepte des propos moqueurs, voire insultants, lorsqu’il évoque ses adversaires politiques. Mais il a jugé dimanche que la Corée du Nord était allée trop loin en traitant Joe Biden de « chien enragé ».

Le régime de Pyongyang s’est fendu cette semaine d’une attaque d’une rare violence contre l’ancien vice-président de Barack Obama et candidat démocrate à la Maison Blanche.

« Les chiens enragés comme Biden peuvent faire du mal à beaucoup de gens si on les laisse en liberté », a écrit l’agence officielle KCNA, suggérant de les « battre à mort ».

« Monsieur le président, Joe Biden est peut-être endormi et très lent, mais il n’est pas un ‘chien enragé’. Il est en réalité meilleur que cela », a répondu Donald Trump dans un tweet visiblement adressé au leader nord-coréen Kim Jong-un, qu’il a rencontré à trois reprises.

Le seul à offrir un avenir radieux

Le locataire de la Maison Blanche a cependant pris soin d’ajouter que lui, et lui seul, pouvait offrir un avenir radieux à la Corée du Nord et à son dirigeant, qui dirige son pays d’une main de fer, comme son père et son grand-père avant lui.

« Je suis le seul à pouvoir vous permettre d’atteindre l’objectif qui doit être le vôtre. Vous devriez agir rapidement, et conclure un accord. À bientôt ! ». Les négociations sur la dénucléarisation du régime reclus patinent depuis l’échec en février du deuxième sommet Kim-Trump à Hanoï.

Depuis, la Corée du Nord a fait monter la tension avec une série de tests de missiles et les nouvelles discussions, engagées début octobre à Stockholm, se sont également achevées sur une impasse.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190524-3U3PUF 2019-05-24 17:33:25

    Vie privée: les internautes ne sont pas prêts à se rebeller

  2. Le gouvernement Michel (la suédoise MR, N-VA, VLD, CD&V) était lourdement déséquilibré entre nord et sud
: les francophones, avec le seul MR, ne disposait que de 20 sièges sur 63.

    Un gouvernement minoritaire au Nord? Ce n’est pas une première

  3. A la veille du match entre l’AS Roma et l’Inter Milan, le journal italien Corriere dello Sport est au cœur d’une polémique avec cette « une ».

    Discriminations: «On ne peut parler de racisme sans parler des blancs»

La chronique
  • Manifestations monstres contre Macron en France: ce qu’il faut oser dire

    Il n’y aura pas eu de chaos. La plupart des trains étaient à l’arrêt ce jeudi et la majorité des écoles, fermées. Mais les Français avaient anticipé ce « black thursday ». Si bien que le « mur du 5 décembre » n’a pas été érigé aussi haut que prévu.

    Emmanuel Macron aurait pourtant tort de considérer la partie gagnée. La mobilisation était très importante dans les manifestations. Et ce n’est que dans les...

    Lire la suite