La Corée du Nord traite Joe Biden de «chien enragé»: Donald Trump recadre Kim Jong-un

La Corée du Nord traite Joe Biden de «chien enragé»: Donald Trump recadre Kim Jong-un
AFP

Donald Trump est un adepte des propos moqueurs, voire insultants, lorsqu’il évoque ses adversaires politiques. Mais il a jugé dimanche que la Corée du Nord était allée trop loin en traitant Joe Biden de « chien enragé ».

Le régime de Pyongyang s’est fendu cette semaine d’une attaque d’une rare violence contre l’ancien vice-président de Barack Obama et candidat démocrate à la Maison Blanche.

« Les chiens enragés comme Biden peuvent faire du mal à beaucoup de gens si on les laisse en liberté », a écrit l’agence officielle KCNA, suggérant de les « battre à mort ».

« Monsieur le président, Joe Biden est peut-être endormi et très lent, mais il n’est pas un ‘chien enragé’. Il est en réalité meilleur que cela », a répondu Donald Trump dans un tweet visiblement adressé au leader nord-coréen Kim Jong-un, qu’il a rencontré à trois reprises.

Le seul à offrir un avenir radieux

Le locataire de la Maison Blanche a cependant pris soin d’ajouter que lui, et lui seul, pouvait offrir un avenir radieux à la Corée du Nord et à son dirigeant, qui dirige son pays d’une main de fer, comme son père et son grand-père avant lui.

« Je suis le seul à pouvoir vous permettre d’atteindre l’objectif qui doit être le vôtre. Vous devriez agir rapidement, et conclure un accord. À bientôt ! ». Les négociations sur la dénucléarisation du régime reclus patinent depuis l’échec en février du deuxième sommet Kim-Trump à Hanoï.

Depuis, la Corée du Nord a fait monter la tension avec une série de tests de missiles et les nouvelles discussions, engagées début octobre à Stockholm, se sont également achevées sur une impasse.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Aux éditions Weyrich, Hugues Wenkin et Christian Dujardin réexpliquent l’importance du front nord dans l’issue de la bataille des Ardennes. © Dominique Duchesnes.

    75 ans de la bataille des Ardennes: pourquoi ce fut aussi la bataille des ponts

  2. Les avocats d’Albert II, Me Alain Berenboom et Me Guy Hiernaux

    L’avocat d’Albert II sort du silence: «Il n’a jamais considéré Delphine comme sa fille»

  3. Les racines de Pierre Wynants sont place Rouppe, où la prodigieuse cave compte pas moins de 25.000 bouteilles. Son petit-fils Loïc y travaille en salle et comme sommelier.

    Les racines élémentaires de Pierre Wynants: «J’ai été viré de l’école, ça a été ma chance»

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite