Diables rouges: plus de peur que de mal finalement pour Dries Mertens, qui avait reçu un coup à la tête contre la Russie

photo news
photo news

Deux formules se présentaient à Roberto Martinez suite au retour programmé de Kevin De Bruyne, forfait pour les deux rendez-vous d’octobre : soit mettre Dries Mertens sur le banc, placer KDB à la droite du trio offensif et laisser Youri Tielemans dans l’entrejeu devant Axel Witsel, soit laisser la division offensive intacte et permettre à KDB de prendre une place plus habituelle pour lui.

C’est la deuxième formule qui a été privilégiée, reste à savoir si le sélectionneur catalan n’a pas encore une totale confiance en Youri Tielemans pour les affiches plus importantes ou s’il considère justement qu’il a déjà fait ses preuves et que le déplacement en Russie n’exigeait pas de se placer en configuration « match de haut vol ». Dries Mertens a fait honneur à son rang, en passant près de l’assist pour Romelu Lukaku et en lançant magnifiquement Kevin De Bruyne sur la phase du 0-3. Par contre, il a dû céder sa place à Youri Tielemans -ce qui a fait avancer d’un cran KDB sur l’échiquier- en début de seconde période suite à un contact fortuit dans la surface adverse.

Des confrères présents plus près du terrain nous confiaient que le Napolitain semblait quelque peu dans les vapes au moment de quitter la pelouse. « Il a reçu un coup à la tête mais il n’y a rien de grave », réagissait laconiquement la Fédération depuis la zone mixte, où Dries Mertens ne s’est pas arrêté mais est apparu remis de ses émotions.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  2. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

  3. Le fantasme des apôtres de la sécurité publique
: plus on pourra scanner les foules et identifier des suspects, plus la criminalité reculera. Encore faudrait-il que le système soit performant.

    Grand format – Le délit de sale gueule de la reconnaissance faciale

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite