Une agression physique de médecin chaque semaine

Une agression physique de médecin chaque semaine
Belga

Une cinquantaine de plaintes suite à des agressions physiques sont déposées chaque année par des médecins auprès de la police, rapportent les titres Sudpresse lundi. Ce sont les médecins généralistes qui sont le plus souvent les victimes de violences.

La plate-forme d’aide «Médecins en difficulté», établie en 2016, a reçu 209 signalements pour violences depuis son lancement. L’Ordre des Médecins a publié, via la revue médicale «Le Spécialiste», le bilan de ces violences. Il en ressort que 111 appels concernaient des agressions verbales, 57 des pressions psychologiques (représailles, intimidations, menaces de mort¿), 39 des violences physiques et 2 des agressions sexuelles. Des actes verbaux et physiques qui ont bien sûr des conséquences sur la santé du médecin.

82 % des appelants sont des généralistes et 14 % des spécialistes. La majorité (50 %) des faits a lieu dans les locaux de consultation. Arrivent ensuite le domicile du patient (17 %), le téléphone (15 %) et l’hôpital (5 %).

Dans un cas sur deux (52%), les agressions ont été commises par un patient connu par le médecin.

Selon les chiffres de la police en 2018, il ressort aussi que les médecins ont porté plainte pour 808 vols/extorsions, 90 dégradations de propriété et 52 infractions contre l’intégrité physique. Soit une agression physique toutes les semaines.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sven Gatz ne voit pas le Multilinguisme comme un lot de consolation. Bien au contraire. «
Je voulais ce portefeuille
!
»

    Sven Gatz au «Soir»: «Bruxelles est une Région trilingue, multilingue»

  2. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    La voiture cède lentement du terrain

  3. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite