Des pharmacies en ligne aux Pays-Bas fournissent des médicaments lourds aux Belges

Des pharmacies en ligne aux Pays-Bas fournissent des médicaments lourds aux Belges
Belga

L’Agence fédérale belge des médicaments et des produits de santé (AFMPS) a tiré la sonnette d’alarme aux Pays-Bas car les pharmaciens néerlandais fournissaient très facilement aux patients belges des médicaments lourds, écrit Het Nieuwsblad lundi.

L’été dernier, le sulfate de dexamphétamine, utilisé pour traiter les troubles du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), a été très difficile à obtenir en Belgique. Mais les patients belges pouvaient le trouver facilement sur internet via des pharmacies néerlandaises, a découvert la députée N-VA Kathleen Depoorter, par ailleurs pharmacienne.

«Lorsque ces patients ont envoyé leur ordonnance belge par internet, ils n’ont rencontré aucun problème pour recevoir le médicament à domicile», explique-t-elle. «Ils recevaient même une proposition de la pharmacie de leur livrer une nouvelle dose du médicament à intervalles réguliers», s’offusque-t-elle.

>Une agression physique de médecin chaque semaine

Il s’agit de «pratiques illégales, tant en Belgique qu’aux Pays-Bas», souligne la ministre de la Santé publique Maggie De Block (Open VLD). L’AFMPS a dès lors sonné l’alarme auprès des autorités néerlandaises - plus particulièrement le ministère néerlandais de la Santé publique - en demandant que ces pratiques cessent.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. En tenant plus de 200 meetings dans la région, Salvini avait transformé le scrutin en un référendum sur sa personne dans l’espoir d’exiger des élections anticipées en cas de victoire.

    Élections en Italie: après un échec cuisant, Salvini va devoir revoir sa stratégie

  2. 06749896

    Billie Eilish, 18 ans, présent et avenir de la pop music

  3. 83090060_855752328196826_8677988821796651008_n

    Brexit: il y a 47 ans, les Britanniques rejoignaient les Européens sans fanfare

La chronique
  • Brux-ils Brux-elles : une priorité, la lutte contre les discriminations

    En filigrane de l’affaire Kir ne pouvait-on lire un peu de communautarisme ? Et faire le procès de l’un n’équivalait-il pas à ouvrir celui de l’autre ? La question s’est posée lors de chacune des (nombreuses) discussions avec des élus, socialistes mais pas que, des experts, de la communauté turque mais pas que… Avec, à plusieurs reprises, cette réponse, cinglée : « c’est le procès de la diversité que vous faites, et ça, c’est hors de question ». Non, il n’était, évidemment pas question de faire le procès de la diversité. C’est donc que le terme était mal choisi…

    Apparu dans la langue française au cours des années nonante, le mot « communautarisme » se hisse régulièrement dans les statistiques hautes d’occurrence sur le web et fait l’objet de nombreuses recherches académiques. Fabrice Dhume, sociologue, chercheur à Paris Diderot, s’est livré à une véritable enquête sur ce qu’il qualifie « de...

    Lire la suite

  • La leçon des «Sardines»: le populisme n’est pas une fatalité

    On dit souvent que l’Italie constitue le laboratoire politique de l’Europe. Et en Italie, Bologne apparaît comme le laboratoire du laboratoire. C’est dans la capitale émilienne, en effet, que le Parti communiste avait pris, à l’époque, ses distances avec Moscou. C’est là aussi que Romano Prodi avait inventé « l’Olivier », l’union de la gauche copiée un peu partout sur le continent. C’est là, encore, sur la place centrale, que Beppe Grillo avait lancé...

    Lire la suite