NBA: LeBron James, en mode showtime avec les Lakers, déplume les Hawks (vidéos)

©AFP
©AFP

Rares sont les fois où Kobe Bryant décide d’aller voir jouer les Lakers. Alors quand l’ancien maître des lieux a été ovationné à son apparition au Staples Center, cela a eu le don de motiver LeBron James lors de la facile victoire contre Atlanta (122-101).

Shoot à dix mètres, alley-hoop dans la stratosphère, pénétration au milieu de trois défenseurs, passe aveugle, contre après retour canon… LeBron a fait le spectacle, récoltant les applaudissements d’un Kobe hilare, sans oublier de peser sur la rencontre avec 33 points, 12 passes et 7 rebonds).

Dans un match où les Hawks n’ont pas existé à l’exception de Trae Young (31 pts), les autres Lakers à s’être illustrés sont Anthony Davis (14 pts) très actif en défense (5 contres) et Rajon Rondo (15 pts) en sortie de banc.

Forts de leur meilleur départ depuis 2010, les Lakers dominent à l’Ouest avec le meilleur bilan de la Ligue (11 victoires, 2 défaites).

Le destin

Pour quelques millimètres en moins… Le flotteur lancé au buzzer par Marcus Smart aurait pu rentrer et offrir à Boston un 11e succès consécutif à Sacramento. Sauf que le ballon est doucement ressorti de l’arceau sur lequel il a rebondi, permettant aux Kings de mettre fin à la série de leur adversaire, tout en portant la leur à cinq succès d’affilée.

Le meneur bahamien Buddy Hield, auteur de 35 points, a largement contribué à la victoire à l’arraché des Californiens (100-99). Dans le money-time, il a inscrit son septième panier à trois points du match, pour faire virer « Sac’to » en tête 96 à 95. Le pivot Richaun Holmes a porté le coup de grâce en inscrivant deux lancers francs à 13 secondes du buzzer.

Boston demeure néanmoins en tête de la Conférence Est, devant Miami et Milwaukee.

Le MVP

À Denver, il est souvent serbe et se nomme Nikola Jokic. Mais cette fois c’est Jamal Murray, jusqu’ici légèrement en deçà de ses standards cette saison, qui s’est démultiplié pour permettre aux Nuggets de s’imposer largement à Memphis (131-114) et conforter leur 3e place à l’Ouest.

Trois jours après un piètre 1 sur 11 aux tirs contre Brooklyn, le meneur s’est transfiguré. Il a réussi 39 points, son meilleur total de la saison, à 14 sur 24 aux shoots (7 sur 12 derrière l’arc), 8 passes et 3 interceptions.

« Je sentais qu’il allait sortir du bois et shooter à un haut niveau de réussite », l’a complimenté son entraîneur Mike Malone, soulignant également le fait que son joueur n’a perdu aucun ballon.

Les éclopés

Le match entre New Orleans et Golden State avait plus d’allure à l’infirmerie que sur le parquet, avec sept blessés côté Warriors (Stephen Curry, Klay Thompson, D’Angelo Russell, Kevon Looney, Jacob Evans, Damion Lee, Alen Smailagic) et autant côté Pelicans (Zion Williamson, Brandon Ingram, Lonzo Ball, Derrick Favors, Josh Hart, Jahlil Okafor, Darius Miller).

Au final c’est New Orleans qui s’est imposé (108-100), grâce notamment à 26 points de son vétéran JJ Redick, enfonçant un peu plus Golden State à la dernière place du classement NBA, avec 12 revers en 14 rencontres.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • A 37 ans, Sam Rotsaert surprend positivement pour ses débuts.

    Par Stéphane Druart

    Euromillions League

    Sam Rotsaert, le meilleur transfert du Spirou Charleroi

  • Alexandre Libert aura du pain sur la planche.

    Par Guillaume Zaracas

    Euromillions League

    Les 11 jours fous du Spirou de Charleroi

  • ©Belga

    Par Stéphane Druart

    Euromillions League

    Spirou: une victoire qui devrait compter

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Flocons d'amour
», un des films du genre produit par Netflix.

    Netflix a lancé l’opération «Fêtes»

  2. d-20170315-3DKLLK 2019-12-05 20:14:59

    Nethys: la tutelle juge les indemnités illégales mais ne peut pas tout annuler

  3. RTR1SY1T

    «J’ai pris la fuite lors de la nuit de noces mais ma mère m’a ramenée à mon mari»

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite