Raoul Hedebouw sur le fédéral: «C’est le moment d’aller dans la rue pour faire changer les choses»

Raoul Hedebouw sur le fédéral: «C’est le moment d’aller dans la rue pour faire changer les choses»
Belga

Raoul Hedebouw, le porte-parole du PTB était l’invité de La Première ce matin. Les gens ne souhaitent plus la même politique : « Je veux donner comme signal aux gens que c’est le moment d’aller dans les rues pour faire changer les choses ».

Pour Raoul Hedebouw, « les partis traditionnels sont en moment de faiblesse depuis les élections », ce serait donc, d’après lui, le moment propice pour faire des demandes et de mettre la pression sur les partis politiques du pays.

Sur la coalition fédérale, Raoul Hedebouw s’est offusqué de ne pas avoir reçu d’invitation de la part de l’informateur Paul Magnette (PS). D’après lui, si Magnette s’entretient avec la NV-A ou encore Défi et le CDH, le PTB devrait aussi avoir sa place dans les discussions.

Affaire Nethys

Quant à l’affaire Nethys, Raoul Hedebouw n’a pas gardé sa langue dans sa poche : « C’est du vol, c’est dégoûtant », a-t-il déclaré sur les indemnisations perçues notamment par Stéphane Moreau, tout comme l’avait fait la semaine précédente, Christigne Defraigne, la première échevine de Liège qui avait déjà affirmé que les pratiques du management de Nethys étaient « des attitudes de truands ».

« Qui a couvert Stéphane Moreau ? », pour Raoul Hedebouw, « toute la clarté doit être faite ». Le sommet des partis, les « mains invisibles » doivent être dévoilées, a-t-il déclaré en pointant notamment le doigt vers le PS.

Le PTB a introduit une plainte à la police, se portant ainsi partie civile suite à l’information du Soir concernant les indemnités perçues par Stéphane Moreau et le management de Nethys : « Il gagne des millions alors qu’il est licencié »… « C’est illégal de recevoir ce pognon-là », ajoutant que le PTB souhaitait avoir accès au dossier.

Les responsables politiques doivent payer le prix selon le conseiller communal de Liège.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

  3. TRICHET

    Jean-Claude Trichet: «Les banques centrales pourraient émettre de la cryptomonnaie»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite