Nethys: «Le montant des indemnités me laisse sans voix», dénonce la présidente d'Enodia

Nethys: «Le montant des indemnités me laisse sans voix», dénonce la présidente d'Enodia
Michel Tonneau

La première chose que je souhaite faire, c’est redonner la confiance » : la socialiste Julie Fernandez Fernandez, la nouvelle présidente d’Enodia, a réagi aux dernières révélations sur l’affaire Nethys alors qu’elle était interrogée sur LN24 ce lundi matin. Sa priorité ? « Retisser les liens de confiance entre les administrateurs et le conseil d’administration de Nethys ». Comment faire ? « Plus de transparence ».

Celle qui a été désignée à la tête d’Enodia il y a seulement quelques jours s’est dite « évidemment sans voix » devant le montant des indemnités, révélé la semaine dernière par « Le Soir ». La ville de Liège et les conseils d’administration d’Enodia et Nethys se porteront-ils partie civile ? Les trois institutions ont décidé d’attendre un rapport définitif. « Monsieur Witmeur est venu jeudi faire un rapport intermédiaire sur la situation de ces indemnités et nous expliquer que Nethys a décidé de faire appel à des avocats pour avoir un avis juridique sur la légalité de ces indemnités », explique Julie Fernandez Fernandez. Un nouveau conseil d’administration aura lieu chez Enodia le 28 novembre.

Qu’en est-il des ventes ? « Aujourd’hui, tout est gelé, il n’y a pas de vente. Pour le reste, on est en train d’étudier sur les ventes qui ont été annoncées, pour quoi où on en est ». La priorité du CA actuellement, c’est l’emploi mais aussi sortir de cette « hystérie », souligne la socialiste. « je pense que la politique du football panique entraîne à prendre de mauvaises décisions ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous