Crise en Catalogne: le président indépendantiste catalan jugé pour désobéissance ce lundi

Crise en Catalogne: le président indépendantiste catalan jugé pour désobéissance ce lundi
AFP

Le procès du président régional indépendantiste de Catalogne Quim Torra, poursuivi pour désobéissance pour avoir refusé de retirer des symboles séparatistes d’édifices publics, s’est ouvert lundi dans un contexte de vives tensions dans cette région espagnole.

Le parquet réclame 20 mois d’inéligibilité à son encontre. Une telle condamnation l’empêcherait de rester président de cette riche région du nord-est de l’Espagne en ébullition depuis la condamnation mi-octobre de neuf dirigeants séparatistes à de lourdes peines de prison pour leur rôle dans la tentative de sécession de 2017.

Les faits pour lesquels Torra, un proche de l’ancien président catalan Carles Puigdemont, est poursuivi remontent au mois de mars. L’autorité électorale espagnole lui avait alors ordonné de retirer des symboles indépendantistes des édifices publics de la région afin de garantir la neutralité institutionnelle durant la campagne des élections législatives de la fin avril.

Une banderole sur la façade du siège du gouvernement catalan à Barcelone portant le slogan «Liberté pour les prisonniers politiques et les exilés», et sur laquelle figurait un ruban jaune, était visée en particulier. Le ruban jaune est utilisé par les indépendantistes pour réclamer la libération de leurs dirigeants en prison.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Flocons d'amour
», un des films du genre produit par Netflix.

    Netflix a lancé l’opération «Fêtes»

  2. d-20170315-3DKLLK 2019-12-05 20:14:59

    Nethys: la tutelle juge les indemnités illégales mais ne peut pas tout annuler

  3. RTR1SY1T

    «J’ai pris la fuite lors de la nuit de noces mais ma mère m’a ramenée à mon mari»

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite