Un ancien de Chelsea se confie sur Eden Hazard: «C’est le joueur le plus paresseux avec qui j’ai joué»

©Photonews
©Photonews

Si le talent d’Eden Hazard ne fait aucun doute aux yeux des observateurs, le capitaine des Diables rouges est parfois épinglé pour son éthique de travail. C’était encore le cas l’été dernier lorsqu’il a débarqué au Real Madrid avec quelques kilos superflus et des performances pas au niveau. Et pourtant, il parvient bien souvent à faire taire les critiques, comme le remarque l’un de ses anciens équipiers à Chelsea.

Dans un entretien accordé à BeIn Sports en Turquie, John Obi Mikel n’a pas hésité à qualifier Hazard comme « le joueur le plus paresseux » avec lequel il a joué. « Hazard a un talent incroyable. Peut-être pas aussi bon que Lionel Messi, mais il peut faire ce qu’il veut avec le ballon », a d’abord expliqué le Nigérian qui a côtoyé le Diable rouge plusieurs saisons chez les Blues. « Pourtant, il n’aimait pas s’entraîner. Lorsque nous travaillions dur, il attendait tranquillement que nous terminions… Mais chaque dimanche, il était homme du match, c’était incroyable », a conclu le milieu de terrain qui évolue aujourd’hui à Trabzonspor.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    Mobilité: la voiture cède lentement du terrain

  2. Sven Gatz ne voit pas le Multilinguisme comme un lot de consolation. Bien au contraire. «
Je voulais ce portefeuille
!
»

    Sven Gatz au «Soir»: «Bruxelles est une Région trilingue, multilingue»

  3. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite