Photovoltaïque: le gouvernement wallon approuve le report de 5 ans de la hausse des tarifs

Photovoltaïque: le gouvernement wallon approuve le report de 5 ans de la hausse des tarifs
Belga

Le gouvernement wallon a approuvé, vendredi, l’avant-projet de décret modifiant le texte de janvier 2017 relatif à la méthodologie tarifaire applicable aux gestionnaires de réseaux de distribution de gaz et d’électricité, annonce lundi le cabinet du ministre régional de l’Energie, Philippe Henry.

Concrètement, en adoptant finalement cet avant-projet, l’exécutif wallon confirme sa volonté de reporter de 5 ans l’entrée en vigueur de la redevance dont devront s’acquitter, pour l’utilisation du réseau, les détenteurs de panneaux photovoltaïques en Wallonie, conformément à la Déclaration de politique régionale.

«Ce texte vise à promouvoir une méthodologie tarifaire qui n’ait pas d’incidence négative significative sur les droits des propriétaires d’installations d’énergie renouvelable inférieures ou égales à 10KVA», précise Philippe Henry.

L’avant-projet de décret a été envoyé ce lundi au Conseil d’Etat dont l’avis est attendu dans un délai de 30 jours. Parallèlement, le ministre sollicitera l’avis de la CWaPE, le régulateur du secteur au sud du pays.

Initialement, le tarif prosumer - un prélèvement annuel forfaitaire imposé par la CWaPE aux propriétaires de panneaux photovoltaïques - devait être appliqué dès 2020, une mesure à laquelle s’était vivement opposé, sous la précédente législature, le prédécesseur de Philippe Henry, le libéral Jean-Luc Crucke. Dans sa déclaration de politique régionale, la majorité actuelle PS-MR-Ecolo s’était engagée à reporter de 5 ans l’entrée en vigueur de ce tarif.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • A l’heure de la retraite, Michel Jadot conserve un esprit critique et sans concession, au service d’une certaine idée de l’Etat et de la protection sociale.

    Michel Jadot: «Je crains la régionalisation des soins de santé d’ici cinq ans»

  • Christie Morreale provient de la région liégeoise, une terre d’économie sociale.

    L’économie sociale dope l’emploi

  • Le modèle confédéral version N-VA soulève plusieuyrs objextions qui doivent impérativement être mises en débat.

    Par Paul De Grauwe (LSE) et Philippe Van Parijs (UCLouvain & KU Leuven), coordinateurs de l’initiative Re-Bel(Rethinking Belgium’s Institutions in the European Context)

    Cartes blanches

    Carte blanche: «Confédéralisme: trois difficultés fatales?»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20170315-3DKLLK 2019-12-05 20:14:59

    Nethys: la tutelle juge les indemnités illégales mais ne peut pas tout annuler

  2. RTR1SY1T

    «J’ai pris la fuite lors de la nuit de noces mais ma mère m’a ramenée à mon mari»

  3. GagnantsPerdants

    Joachim Coens, l’Ommegang et Paris: les gagnants et les perdants de la semaine

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite