Manneken Pis revêt le costume de l’Unicef pour les 30 ans de la convention des droits de l’enfant (vidéo)

Manneken Pis revêt le costume de l’Unicef pour les 30 ans de la convention des droits de l’enfant (vidéo)

A l’approche du 30e anniversaire de la convention relative aux droits de l’enfant ce mercredi, Unicef Belgique a remis un nouveau costume au Manneken Pis, lundi à l’hôtel de Ville de Bruxelles, en présence du bourgmestre Philippe Close, de l’échevine de la Culture Delphine Houba et de l’échevin des Sports Benoit Hellings.

Le costume, produit selon des normes éthiques avec des vêtements recyclés, a été dessiné par la marque belge MONA WIE. La référence graphique à la Journée mondiale de l’enfant a été apposée par l’entreprise Pipa Creations. Il s’agit de la 1035e tenue de la garde-robe du Manneken Pis. Elle est composée d’un bob bleu avec le logo d’Unicef, d’un sweat blanc portant l’inscription «World children’s day», d’un pantalon marron et de chaussures beiges.

Koen Van Bockstal, directeur général d’UNICEF Belgique, a rappelé le principe d’égalité qui sous-tend la convention relative aux droits de l’enfant et qui est au coeur du travail de son organisation. «L’idée qui se trouve au cœur du traité est que tous les enfants, quel que soit l’endroit où ils vivent sur notre planète, doivent pouvoir disposer des mêmes droits. Rien ne pourrait justifier que la vie d’un enfant d’Afrique ou d’Asie ait moins de valeur que celle d’un enfant vivant sous nos latitudes», selon lui.

A l’issue de la cérémonie, un cortège emmené par les ambassadeurs d’UNICEF Belgique, le chanteur Helmut Lotti et l’athlète Nafissatou Thiam, et encadré par la fanfare du Meyboom s’est rendu jusqu’au Manneken Pis pour le découvrir dans sa nouvelle tenue.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
On ne peut pas multiplier les politiques et les priorités à couvrir et réduire le budget à y consacrer
», insiste Olivier Chastel.

    Le Parlement européen veut 60 milliards de plus pour le climat, selon Olivier Chastel

  2. d-20190131-3R0NN6 2019-11-05 20:59:31

    Retard scolaire, origine,...: la carte d’identité de l’élève francophone

  3. d-20191128-3XGE94 2019-11-28 11:17:40

    Affaire Nethys: la Socofe renonce à son recours contre le décret gouvernance wallon

La chronique
  • Peut-on se payer la Maison-Blanche?

    I’m not a billionnaire ! », a lâché, amère, la sénatrice de Californie, Kamala Harris, en annonçant qu’elle abandonnait la course à l’investiture démocrate pour la présidentielle américaine.

    La pique visait sans doute moins Donald Trump que deux candidats de son propre parti, Tom Steyer et Michael Bloomberg, dont les fortunes personnelles sont estimées, respectivement, à 1,6 milliard et 50 milliards de dollars par le magazine Forbes.

    Que des hommes, blancs, et vieux, comme Steyer (62 ans) et Bloomberg (77 ans), mais aussi Joe Biden (77 ans) ou Bernie Sanders (78 ans), puissent – sauf surprise – mener campagne jusqu’à la convention démocrate de Milwaukee, prévue en juillet 2020, alors que Kamala Harris, self-made woman de 55 ans, métisse, de père jamaïcain et de mère indienne, ait dû jeter l’éponge début décembre 2019 est déjà, en soi, problématique pour certains progressistes.

    Qu’à l’instar de l’actuel président...

    Lire la suite

  • Le Green Deal européen: la politique, la vraie

    Il faut lire le « Green Deal » dans lequel la Commission propose de faire de l’Europe un continent « zéro carbone » en 2050. La Commission y fixe un nouvel objectif 2030 pour la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, identifie les secteurs dans lesquels elle veut agir. Elle annonce cinquante mesures, promet de déposer toutes ses propositions législatives dans les deux années à venir…

    ...

    Lire la suite