Un match de 2e division aux Pays-Bas arrêté après un incident raciste, le parquet néerlandais ouvre une enquête

©Photonews
©Photonews

Les procureurs néerlandais ont annoncé lundi enquêter sur un incident raciste ayant entraîné dimanche une brève interruption d’un match en 2e division de football. Des insultes racistes visant Ahmed Mendes Moreira, joueur de l’Excelsior Rotterdam, ont été proférées depuis les tribunes lors d’un match contre Den Bosch. À la suite de ces cris, Mendes Moreira a quitté la pelouse et le match a été interrompu par l’arbitre pendant plusieurs minutes.

Selon les médias néerlandais, Moreira a déclaré avoir entendu des bruits de singe et des chansons sur « Zwarte Piet » (Père Fouettard).

« En collaboration avec la police, nous allons examiner ce qui s’est passé (pendant le match) et enquêter pour voir s’il est possible de déterminer qui était impliqué », a indiqué le parquet néerlandais sur Twitter.

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a qualifié l’incident de « vraiment terrible » et a salué le comportement de l’arbitre. « Le racisme n’a pas sa place dans ce pays », a affirmé M. Rutte, cité par l’agence de presse néerlandaise ANP.

La Fédération néerlandaise de football (KNVB) a assuré que l’incident ferait l’objet d’une enquête. Les chants étaient « franchement dégoûtants », a déclaré Jan Bluyssen, responsable compétitions de la KNVB, à la NOS Radio. « Je suis juste énervé et déçu que cela se produise encore en 2019 », a-t-il ajouté.

Une rencontre entre le FC Den Bosch et AZ Alkmaar avait déjà dû être interrompue en 2013 à cause de plusieurs incidents racistes. Den Bosch avait également fait face à des sanctions pour comportement raciste de la part de certains de ses supporteurs.

L’international néerlandais Georginio Wijnaldum, milieu de terrain pour Liverpool et les Pays-Bas, s’est dit « choqué » par l’incident. « Cela a été très difficile pour moi personnellement. Je ne m’attendais pas à ce que cela se produise aux Pays-Bas », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse de l’équipe nationale néerlandaise.

Memphis Depay, l’attaquant de l’Olympique lyonnais et des Pays-Bas, a lui interpellé dimanche la Fédération de football de son pays et l’UEFA : « Quand cela va-t-il s’arrêter ? Qu’allons-nous faire, particulièrement en vue de l’Euro-2020 ? ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • PHOTONEWS_10845892-045

    Par Maxime Stévenne

    Charleroi

    SC Charleroi – Cercle (3-0): les bulletins des Zèbres

  • L’ailier n’avait plus marqué en championnat depuis la première journée.

    Par Sébastien Huzler

    Mouscron

    À Courtrai, Fabrice Olinga a joué au lion indomptable

  • Lors du dernier déplacement à Sclessin, les Anderlechtois avaient connu l’enfer avec un match arrêté après une demi-heure suite à la bêtise des supporters bruxellois.

    Par Guillaume Raedts et Philippe Gerday

    Anderlecht

    Sclessin, un enfer qui l’est encore plus pour Anderlecht

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Aux éditions Weyrich, Hugues Wenkin et Christian Dujardin réexpliquent l’importance du front nord dans l’issue de la bataille des Ardennes. © Dominique Duchesnes.

    75 ans de la bataille des Ardennes: pourquoi ce fut aussi la bataille des ponts

  2. Les avocats d’Albert II, Me Alain Berenboom et Me Guy Hiernaux

    L’avocat d’Albert II sort du silence: «Il n’a jamais considéré Delphine comme sa fille»

  3. Les racines de Pierre Wynants sont place Rouppe, où la prodigieuse cave compte pas moins de 25.000 bouteilles. Son petit-fils Loïc y travaille en salle et comme sommelier.

    Les racines élémentaires de Pierre Wynants: «J’ai été viré de l’école, ça a été ma chance»

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite