Coupe Davis: Steve Darcis dispose facilement de Santiago Giraldo et offre le premier point à la Belgique

photo news
photo news

La Belgique a bien abordé la phase finale de la Coupe Davis de tennis, nouvelle formule, lundi après-midi à Madrid. Steve Darcis a donné le premier point à nos couleurs après son succès en deux sets (la règle des trois sets gagnants a été abandonnée) contre Santiago Giraldo dans son premier match du groupe D. « Mister Coupe Davis », 158e à l’ATP, a battu 6-3 et 6-2 le 277e mondial dans le match qui opposait les deux N.2 de chaque pays. Le match n’a duré que 1 heure et 4 minutes.

Darcis n’a pas mis beaucoup de temps avant de prendre ses marques sur la surface verte en dur de la « Caja Magica » de la capitale espagnole, où le public était largement absent. Il convertissait sa première balle de break pour mener 3-1. Intraitable du fond de court, le « Shark » ne laissa jamais l’ancien 28e joueur mondial (en septembre 2014) prendre l’initiative. Le premier set était conclu en 28 minutes (6-3).

La seconde manche ressembla à la première. Au terme d’un rallye interminable, Darcis, en grand forme, arrachait rapidement un break (2-1). Giraldo accusa le coup, multiplia les fautes directes (24). Il est vrai que Darcis ne lâcha pas le moindre point. Le score fila à 5-1. Le Colombien sauva encore une mise en jeu avant d’aller serrer la main du Sprimontois (6-2).

Le second match de simple entre les deux N.1 David Goffin (ATP 11) et Daniel Galan (194) pourrait s’avérer déjà décisif puisque les rencontres dans la nouvelle Coupe Davis se jouent en trois matchs. Le double entre Joran Vliegen (ATP 39 en double) et Sander Gille (47 en double) et les N.1 mondiaux numéros Juan Sebastian Cabal et Robert Farah ponctuera la journée.

L’Australie représentée par Alex de Minaur (ATP 18), Nick Kyrgios (30), John Millman (48), Jordan Thompson (63), John Peers (26 double) est le 3e pays de ce groupe D. Elle affrontera la Colombie mardi (18h00) avant de se mesurer à la Belgique mercredi (18h00).

Les vainqueurs des six groupes, plus les deux meilleurs deuxièmes accèdent aux quarts de finale jeudi ou vendredi. En cas de victoire, la Belgique sera opposée au vainqueur du groupe F (Etats-Unis, Italie, Canada) jeudi soir. Si nos représentants sont parmi les deux meilleurs deuxièmes, ils joueront soit vendredi matin contre le vainqueur du groupe A (France, Serbie, Japon), soit vendredi soir face au lauréat du groupe B (Croatie, Espagne, Russie).

Lire aussi DIRECT

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • TENNIS : Madrid 2019 - 24_11_2019

    Par Yves Simon

    Coupe Davis - Fed Cup

    En six mois, Rafael Nadal est passé de zéro à héros

  • Johan Van Herck, haranguant David Goffin face à la Colombie, lundi dernier.

    Par Yves Simon

    Coupe Davis - Fed Cup

    Coupe Davis 2020: Van Herck devra persuader Goffin de venir disputer la qualification en Hongrie

  • En short ou en costume, Gerard Piqué est un excellent défenseur
!

    Par Yves Simon, envoyé spécial à Madrid

    Coupe Davis - Fed Cup

    Gerard Piqué: «Des larmes et de la joie: nous avons gardé l’âme de la Coupe Davis»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190524-3U3PUF 2019-05-24 17:33:25

    Vie privée: les internautes ne sont pas prêts à se rebeller

  2. Le gouvernement Michel (la suédoise MR, N-VA, VLD, CD&V) était lourdement déséquilibré entre nord et sud
: les francophones, avec le seul MR, ne disposait que de 20 sièges sur 63.

    Un gouvernement minoritaire au Nord? Ce n’est pas une première

  3. A la veille du match entre l’AS Roma et l’Inter Milan, le journal italien Corriere dello Sport est au cœur d’une polémique avec cette « une ».

    Discriminations: «On ne peut parler de racisme sans parler des blancs»

La chronique
  • Manifestations monstres contre Macron en France: ce qu’il faut oser dire

    Il n’y aura pas eu de chaos. La plupart des trains étaient à l’arrêt ce jeudi et la majorité des écoles, fermées. Mais les Français avaient anticipé ce « black thursday ». Si bien que le « mur du 5 décembre » n’a pas été érigé aussi haut que prévu.

    Emmanuel Macron aurait pourtant tort de considérer la partie gagnée. La mobilisation était très importante dans les manifestations. Et ce n’est que dans les...

    Lire la suite