Coupe Davis: Steve Darcis dispose facilement de Santiago Giraldo et offre le premier point à la Belgique

photo news
photo news

La Belgique a bien abordé la phase finale de la Coupe Davis de tennis, nouvelle formule, lundi après-midi à Madrid. Steve Darcis a donné le premier point à nos couleurs après son succès en deux sets (la règle des trois sets gagnants a été abandonnée) contre Santiago Giraldo dans son premier match du groupe D. « Mister Coupe Davis », 158e à l’ATP, a battu 6-3 et 6-2 le 277e mondial dans le match qui opposait les deux N.2 de chaque pays. Le match n’a duré que 1 heure et 4 minutes.

Darcis n’a pas mis beaucoup de temps avant de prendre ses marques sur la surface verte en dur de la « Caja Magica » de la capitale espagnole, où le public était largement absent. Il convertissait sa première balle de break pour mener 3-1. Intraitable du fond de court, le « Shark » ne laissa jamais l’ancien 28e joueur mondial (en septembre 2014) prendre l’initiative. Le premier set était conclu en 28 minutes (6-3).

La seconde manche ressembla à la première. Au terme d’un rallye interminable, Darcis, en grand forme, arrachait rapidement un break (2-1). Giraldo accusa le coup, multiplia les fautes directes (24). Il est vrai que Darcis ne lâcha pas le moindre point. Le score fila à 5-1. Le Colombien sauva encore une mise en jeu avant d’aller serrer la main du Sprimontois (6-2).

Le second match de simple entre les deux N.1 David Goffin (ATP 11) et Daniel Galan (194) pourrait s’avérer déjà décisif puisque les rencontres dans la nouvelle Coupe Davis se jouent en trois matchs. Le double entre Joran Vliegen (ATP 39 en double) et Sander Gille (47 en double) et les N.1 mondiaux numéros Juan Sebastian Cabal et Robert Farah ponctuera la journée.

L’Australie représentée par Alex de Minaur (ATP 18), Nick Kyrgios (30), John Millman (48), Jordan Thompson (63), John Peers (26 double) est le 3e pays de ce groupe D. Elle affrontera la Colombie mardi (18h00) avant de se mesurer à la Belgique mercredi (18h00).

Les vainqueurs des six groupes, plus les deux meilleurs deuxièmes accèdent aux quarts de finale jeudi ou vendredi. En cas de victoire, la Belgique sera opposée au vainqueur du groupe F (Etats-Unis, Italie, Canada) jeudi soir. Si nos représentants sont parmi les deux meilleurs deuxièmes, ils joueront soit vendredi matin contre le vainqueur du groupe A (France, Serbie, Japon), soit vendredi soir face au lauréat du groupe B (Croatie, Espagne, Russie).

Lire aussi DIRECT

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FILES-CRASH-HELICOPTER-KOBE-BRYANT (2)

    Décès de Kobe Bryant: le Black Mamba ne mordra plus

  2. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  3. 83090060_855752328196826_8677988821796651008_n

    Brexit: il y a 47 ans, les Britanniques rejoignaient les Européens sans fanfare

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Vraiment, nous vivons en de sombres temps

    Auschwitz, il y a 75 ans. Si une angoisse particulière s’ajoute cette fois, c’est que cette commémoration a des allures de paratonnerre. Comme si, en dénonçant à nouveau les horreurs innommables que des hommes ont pu faire subir à d’autres hommes, on tentait de conjurer le sort pour, si pas le présent, du moins un futur peut-être proche.

    « J’aimerais pouvoir assurer que nous, les Allemands, avons appris de l’Histoire une fois pour toutes. Mais je ne peux dire cela alors que la haine se répand....

    Lire la suite