Une vieille connaissance de la Premier League tacle Romelu Lukaku: «C’est un grand bébé, il pense plus à lui qu’à l’équipe»

photo news
photo news

Meilleur buteur de l’histoire des Diables rouges et nouvelle arme offensive de l’Inter Milan, Romelu Lukaku vit une période faste en cette fin d’année 2019. Il profite du moment présent, sans se soucier du passé. De son passé anglais qui l’a laissé de côté l’été dernier en quittant Manchester United pour la Lombardie.

Néanmoins, à plusieurs centaines de kilomètres de là, Romelu Lukaku est encore dans les esprits de certains outre-Manche. Notamment dans celui de Steve Walsh, ex-directeur technique d’Everton, qui a dû notamment discuter avec José Mourinho au moment de son transfert chez les Red Devils.

« Quand José l’a engagé, je me souviens lui avoir dit ‘Fais attention avec Lukaku, c’est un grand bébé’. Il m’a répondu qu’il saurait le gérer. Mais je ne crois pas qu’il a réussi à comprendre Lukaku sur le plan mental », a-t-il indiqué dans les colonnes de The Athletic. « C’est comme avec Pogba. Ce sont des bons joueurs, mais ils pensent plus à eux qu’à l’équipe », a poursuivi Walsh.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Syrie_Repubblica

    Syrie: le papa qui transforme la guerre en un jeu pour distraire sa fille de l’horreur (vidéo)

  2. « Les sociétés installées dans notre pays ont régulièrement besoin de travailleurs étrangers spécifiques », explique Maggie De Block (Open Vld). « Grâce à notre simplification administrative, nous avons raccourci la procédure.
»

    Travailleurs étrangers: le gouvernement corrige le tir sur le permis unique

  3. Dans l’histoire de Mélusine Productions qui a débuté en 1998, « Zero impunity » est le film d’animation hybride le plus engagé à ce jour : il dénonce les crimes sexuels commis dans les zones de guerre.

    Festival Anima: les doigts de fée de l’animation

La chronique
  • Pourquoi le socialisme n’a jamais pris aux USA

    Après trois ans de harangues et d’imprécations contre Donald Trump, les choses sérieuses ont commencé pour l’opposition démocrate. Première étape, capitale : se choisir un(e) candidat(e) susceptible de rassembler une majorité d’Américains le 3 novembre prochain, pour battre le président sortant.

    Dans ce contexte, Bernie Sanders a entamé la course à l’investiture sur les chapeaux de roue : première place, ex aequo avec Pete Buttigieg, lors du caucus de l’Iowa et victoire dans la primaire du New Hampshire.

    Certes, le chemin est encore long jusqu’à la convention nationale de Milwaukee, prévue du 13 au 16 juillet, qui désignera le challenger de Trump. Mais ces succès du sénateur du Vermont, conjugués au départ catastrophique de Joe Biden – longtemps favori des sondages et du Parti – ont plongé l’appareil démocrate dans des abîmes de perplexité.

    Un sondage publié ce lundi sur le site de Newsweek aura sans...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: on en a tous marre

    Le Palais a donc une nouvelle fois sacrifié à ce qui devient hélas un rituel. La nomination d’un duo chargé de permettre la formation d’un gouvernement fédéral. Sabine Laruelle et Patrick Dewael sont la neuvième et dixième personnalité politique à s’y coller depuis les élections.

    Un constat d’échec

    C’est d’abord un constat d’échec. Après...

    Lire la suite