Roberto Martinez, sélectionneur des Diables rouges: «Le groupe est plus fort, nous avons énormément progressé en 2019»

photo news
photo news

Deux jours après la victoire éclatante en Russie (1-4), les Diables rouges s’apprêtent à terminer leur campagne de qualification pour l’Euro 2020. Étant déjà assurée de prendre part à la compétition au mois de juin, la Belgique peut, ce mardi contre Chypre, réaliser le parcours parfait en signant une dixième victoire consécutive dans le groupe.

À la veille de ce dernier rendez-vous de l’année, Roberto Martinez, le sélectionneur espagnol des Diables rouges, se présentait en conférence de presse afin de préfacer cette rencontre. « Le groupe est plus fort. Nous avons énormément progressé en 2019 », avançait Martinez, pas peu fier de la dernière prestation contre la Russie. « Le 30/30 serait une superbe récompense, mais je pense que c’est intéressant de voir si certains joueurs sont prêts. Contre Chypre, il sera important de gagner pour terminer l’année à la première place mondiale. Enfin, ce match est aussi là pour remercier nos supporters, qui n’ont jamais cessé de nous encourager. Il suffit de voir combien ils étaient à Saint-Pétersbourg samedi… »

« Eden Hazard est toujours aussi important »

Et de poursuivre sur le niveau actuel d’Eden Hazard, qui a connu une période un peu plus délicate en début de saison. « Il est toujours au même niveau pour les Diables rouges. Il est très influent avec son jeu, son nombre de buts et d’assists. Il est très important pour l’équipe nationale. Après pour sa situation en club, il a eu besoin d’un temps d’adaptation au Real Madrid, et c’est normal. Je pense qu’Eden progresse chaque jour et se rapproche de son meilleur niveau. »

Avec l’Euro 2020 qui se profile au mois de juin, Roberto Martinez va devoir se pencher sur les prochaines échéances… D’où la question concernant l’adversaire qui sera face aux Diables rouges en mars. « Il y a une différence entre pays prestigieux et les pays forts. Le fait est que nous voulons affronter un pays contre lequel nous pouvons progresser. Mais je suis fermement convaincu que nous sommes encore plus forts cette année. Regardez cette qualification pour le championnat d’Europe : nous avons été sans pitié, même contre les plus petites équipes. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20170315-3DKLLK 2019-12-05 20:14:59

    Nethys: la tutelle juge les indemnités illégales mais ne peut pas tout annuler

  2. RTR1SY1T

    «J’ai pris la fuite lors de la nuit de noces mais ma mère m’a ramenée à mon mari»

  3. GagnantsPerdants

    Joachim Coens, l’Ommegang et Paris: les gagnants et les perdants de la semaine

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite