Budget de la région bruxelloise: la majorité répond à l’opposition

Sven Gatz (Open VLD)
Sven Gatz (Open VLD) - Belga

La commission des Finances du parlement bruxellois a entamé lundi ses travaux d’examen des projets d’ajustement du budget 2019 et de budget initial pour l’année prochaine. Les députés ont tour à tour entendu lundi le ministre du Budget, Sven Gatz (Open VLD), exposer ces projets et les représentants de la Cour des comptes présenter leur rapport à ce sujet.

Le gouvernement bruxellois installé depuis le mois de juillet dernier maintient l’objectif d’équilibre budgétaire poursuivi par son prédécesseur depuis quelques années. Il choisit lui aussi de ne pas intégrer dans le calcul de ce point d’équilibre, les investissements stratégiques en matière de mobilité et de sécurité à hauteur de quelque 500 millions d’euros par an. Selon la Cour des Comptes, ce faisant, Bruxelles n’est pas dans les clous sur le plan légal au sens strict, mais elle n’est pas la seule à procéder de la sorte. La Flandre fait de même avec des dépenses d’investissement à hauteur d’un milliard d’euros.

Des débats politiques au sein de la commission commenceront mardi sur le projet d’ajustement 2019 et la semaine prochaine sur le projet de budget initial 2020.

Lundi, le ministre Gatz a souligné que le projet de budget 2020 était structurellement en équilibre. L’ensemble des postes de fonctionnement du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale sont couverts par les recettes régionales. En outre, Bruxelles investit à hauteur de 500 millions d’euros en infrastructures pour la mobilité (473,7 millions) et la sécurité (26,3 millions) en vue de répondre aux importants défis urbains. Ces chantiers s’intègrent dans le Pacte national pour les investissements stratégiques, a-t-il souligné.

Un budget contrôlé minutieusement

Pour résoudre l’équation de l’équilibre budgétaire l’an prochain, le gouvernement bruxellois est parti à la recherche de 983,6 millions d’euros dont 282,6 millions de dépenses incompressibles. Celles-ci sont liées notamment à un saut d’index (23,2 millions d’euros) ; au surcoût temporaire du nouveau dispositif d’allocations familiales (30 millions d’euros) ; à un montant de 25,5 millions d’euros versé aux commissions communautaires (CoCoF, VGC et Commission communautaire commune) ; à un autre de 2,8 millions d’euros destiné au parlement bruxellois ; et à 7,6 millions de dépenses supplémentaires pour l’Agence Bruxelles Propreté. Le gouvernement a également comptabilisé 194,5 millions de dépenses liées à l’application, dans les différents départements ministériels, de mesures politiques existantes, sans y changer quoi que ce soit.

Ces montants seront compensés, selon Sven Gatz, par un montant de 23,2 millions d’euros constitué de provisions de l’année an cours ; par une sous-utilisation des moyens budgétaires estimée à 240 millions d’euros, et par la non prise en compte dans le calcul du budget annuel des 500 millions d’euros de dépenses stratégiques. Par ailleurs, le gouvernement bruxellois réalisera également près de 200 millions d’économie, dans chaque département ministériel.

D’après Sven Gatz, le budget sera contrôlé minutieusement, chaque mois, et il y aura des contrôles de dépenses supplémentaires. Il se confirme aussi que le contrôle budgétaire du printemps prochain ne sera pas anodin : on y a reporté la question du choix des politiques nouvelles à activer en fonction des priorités de l’accord de majorité de l’été dernier.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Une touche d’humour dans la fin de campagne de Boris Johnson
: une vidéo parodiant le film «
Love actually
» et promettant, en pancartes «
détournées
», l’aboutissement du processus du Brexit.

    Les élections législatives au Royaume-Uni, un air de deuxième référendum Brexit

  2. Même s’ils ne le disent pas ouvertement, les deux informateurs privilégient l’arc-en-ciel élargi.

    Coalition fédérale: l’arc-en-ciel élargi au CD&V est en pole position

  3. CLIMATE CONFERENCE COP25 MADRID WEDNESDAY

    COP25: les Belges proches d’un accord sur un plan climat insuffisant

La chronique
  • Requiem pour M.

    Une femme blonde habillée de noir avec un collier de perles, embrasse le visage d’une jeune femme aux cheveux très courts, façon punk, allongée dans son cercueil. L’image est incroyable. Insoutenable pour certains, troublante pour d’autres. Très belle en fait, et forte, si forte. Cette photo, parue avec bien d’autres dans le New York Times en fin de semaine dernière est celle de Marieke Vervoort, athlète paralympique belge et multimédaillée. C’est Marieke qui est dans ce cercueil de bois, et c’est sa maman Odette qui l’embrasse, alors qu’elle vient juste de mourir. A sa demande. Par euthanasie.

    Cette photo d’une intimité absolue, les parents de Marieke l’ont découverte en même temps que les lecteurs du New York Times sur le site du journal, le jour de la publication d’un très long article qui raconte la mort désirée de l’athlète paraplégique, mais aussi des mois qui ont précédé cette fin de vie vécue comme une libération. Le dimanche, le journal américain a publié le récit complet dans un...

    Lire la suite

  • Le Green Deal européen: la politique, la vraie

    Il faut lire le « Green Deal » dans lequel la Commission propose de faire de l’Europe un continent « zéro carbone » en 2050. La Commission y fixe un nouvel objectif 2030 pour la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, identifie les secteurs dans lesquels elle veut agir. Elle annonce cinquante mesures, promet de déposer toutes ses propositions législatives dans les deux années à venir…

    ...

    Lire la suite