Bruxelles: fin de contrat pour Jean-Luc Vanraes chez finance.brussels

Jean-Luc Vanraes.
Jean-Luc Vanraes. - Belga

Fin de contrat pour Jean-Luc Vanraes. Le conseil d’administration de finance.brussels a communiqué ce lundi soir avoir « pris acte de la fin du contrat de travail à durée déterminée de Monsieur Jean-Luc Vanraes, Deputy-CEO, qui arrive à son terme le 25 novembre 2019 ».

« Dans l’attente d’une décision du gouvernement définissant les contours d’une procédure de sélection, un CDD de trois mois a été proposé à Monsieur Vanraes pour assurer la gestion journalière de l’institution, aux côtés de Pierre Hermant, CEO », annonce encore le communiqué. Qui se conclut par cette précision, pas superflue dans le contexte : « durant ces trois mois, la rémunération perçue par le Directeur général adjoint respectera les plafonds fixés par l’ordonnance de 2017 relative au plafonnement et à la transparence de la rémunération des mandataires publics bruxellois ».

Pour rappel, le Soir avait révélé, en mars 2017, que les quatre membres du comité de direction de la SRIB, Société régionale d’investissement de Bruxelles (finance.brussels) se partagaient environ un million d’euros de rémunérations brutes, assorties d’avantages de toute nature, pour des prestations pas toujours très claires. Parmi eux, Jean-Luc Vanraes, par ailleurs président (Open VLD) du CPAS d’Uccle, mandat dont il avait fini par démissionner en juin 2017.

A l’automne dernier, le nouveau CEO de finance.brussels, Pierre Hermant, nous confiait « Moi, depuis que je suis là, je leur donne tous les jours du travail. Si, dans quelques mois, il s’avère qu’en effet ces gens ne font rien, je les remercierai quel qu’en soit le prix. »

Un dossier très politique

Selon nos informations, la décision prise par le conseil d’administration et, partant, le communiqué de presse qui en rend compte, ont fait l’objet de tractations politiques. Pour les uns, une partie du VLD bruxellois plaidait pour la prolongation de Jean-Luc Vanraes dans ses fonctions chez finance.brussels. Pour les autres, plusieurs libéraux flamands partageaient l’avis du reste du gouvernement : la fin du contrat.

L’affaire doit (devrait) être tranchée par l’exécutif Vervoort cette semaine. La secrétaire d’Etat en charge de la Transition économique, Barbara Trachte (Ecolo) soumettra en effet à ses collègues le lancement d’une procédure transparente et ouverte, afin de pourvoir au remplacement de Jean-Luc Vanraes. Laquelle devrait être approuvée, nous assure-t-on dans plusieurs cabinets.

Restera alors au VLD à décider du sort de son mandataire... Evincé de finance.brussels, il devrait aussi perdre son mandat au Comité des régions – il y représente Bruxelles, avec Alain Hutchinson, mais leur siège devrait être occupé, dès l’an prochain, par Rudi Vervoort et Pascal Smet. D’où l’idée, défendue par certains libéraux flamands, de lui rendre la place qu’il occupait, jusqu’en juin 2017, à la présidence du CPAS ucclois. Laquelle est pour l’heure assumée par un certain Stefan Cornelis, par ailleurs chef de cabinet de Sven Gatz, et donc appelé à statuer sur le sort de son coreligionaire... Cette piste est toutefois balayée à très bonne source libérale flamande ; et elle n’est pas encore arrivée jusqu’à la maison communale uccloise.

Sur le même sujet
ContratsOpen VLD
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

  3. TRICHET

    Jean-Claude Trichet: «Les banques centrales pourraient émettre de la cryptomonnaie»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite