MotoGP: Alex Marquez signe chez Honda pour 2020 aux côtés de son frère Marc

photo news
photo news

Alex Marquez, 23 ans, a remporté le titre mondial Moto2 cette année et succédera au sein de l’écurie Honda, avec un contrat d’un an, à son compatriote Jorge Lorenzo qui a annoncé sa retraite la semaine dernière avant le GP de Valence, dernière épreuve de la saison.

Cette annonce met fin aux espoirs du Français Johann Zarco, 29 ans, de remplacer Lorenzo au sein de Honda Racing Team. Zarco, qui a participé aux trois derniers Grand Prix de la saison 2019 pour l’écurie LCR, satellite de Honda, faisait partie des pilotes pressentis pour rejoindre l’écurie d’usine. Il n’a actuellement pas de contrat en MotoGP pour l’an prochain.

Marc Marquez, 26 ans, a remporté cette année le championnat du monde MotoGP pour la 6e fois en écrasant la concurrence et remportant 12 épreuves sur 19, portant son total de victoires dans la catégorie, où il court depuis 2013, à 56. Il a également été champion du monde Moto2 en 2012 et 125cm3 en 2010.

Il a fait toute sa carrière au plus haut niveau pour Honda alors qu’Alex courait cette année en Moto2 pour Kalex, Honda ne s’alignant pas dans cette catégorie.

Présent en Moto2 depuis 2015, le jeune espagnol a remporté le titre cette année après avoir terminé 4e du championnat en 2017 et 2018. Il a remporté au total huit victoires dans cette catégorie et a également été champion du monde Moto3 en 2014.

Alex Marquez devait initialement poursuivre en 2020 en Moto2 mais l’annonce surprise du départ de Lorenzo, qui disposait en principe d’un contrat avec Honda jusqu’à la fin 2020, est venue redistribuer les cartes.

Plusieurs noms étaient avancés pour lui succéder dont celui de Zarco mais aussi de l’autre pilote de LCR, le Britannique Cal Crutchlow.

C’est donc finalement Alex Marquez qui va le remplacer, même s’il manque totalement d’expérience dans la catégorie reine et qu’il devra se mesurer d’entrée au meilleur pilote de la discipline.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Le Williams et Kubica n’ont jamais répondu à l’attente...

    Par DOMINIQUE DRICOT

    Formule 1

    Formule 1: Robert Kubica, une histoire bien triste

  • @AFP

    Par Thierry Wilmotte

    Formule 1

    Hamilton achève 2019 en beauté, les yeux déjà rivés sur 2020

  • PHOTONEWS_10814938-127

    Par Sébastien Close

    Formule 1

    Max Verstappen: «C’est devenu un peu ennuyant de voir Lewis Hamilton gagner»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  2. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

  3. Image=d-20191022-3WTRV1_high

    Dossier «de la pergola»: le parquet renonce à poursuivre Stéphane Moreau et Bernard Thiry

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite