Coupe Davis: le double Vliegen-Gillé défait contre la Colombie, la Belgique l’emporte 2-1

belga
belga

La Belgique a battu la Colombie 2 victoires à 1 à l’issue de leur première rencontre du groupe D de la Coupe Davis de tennis, dont la nouvelle formule était inaugurée lundi à Madrid. Après les victoires en simple de Steve Darcis, face à Santiago Giraldo (6-3, 6-2), et de David Goffin, au détriment de Daniel Elahi Galan (3-6, 6-3, 6-3), le double composé de Joran Vliegen (ATP 39 en double) et Sander Gille (47) a offert une très belle résistance aux N.1 mondiaux de la spécialité Juan Sebastian Cabal et Robert Farah avant de céder dans l’ultime jeu décisif : 6/7 (5/7), 6-4, 7-6 (7/3) après 2h19 de jeu.

Au terme d’un premier set, au cours duquel on ne dénombra qu’une seule balle de break (en faveur des Colombiens), le duo limbourgeois « Sandoran » (Sander/Joran) a émergé au jeu décisif (7/5) après 47 minutes sur un excellent 2e service de Gille.

Malgré la réputation de Cabal et Farah, la paire belge a continué à faire jeu égal jusqu’à 4-4, non sans avoir sauvé trois balles de break dans le 2e jeu du deuxième set. L’expérience a ensuite joué et les Sud-Américains ont arraché le droit (6-4) de jouer la 3e manche disputée comme les deux précédents et non sous la forme d’un super tie break.

Là encore, les Belges ont tenu la dragée haute à leurs adversaires. Personne ne perdit son jeu de service si bien que le jeu décisif porta vraiment son nom. Vliegen et Gille menèrent 0/2 et 1/3. Piqués au vif, Cabal et Farah répondirent immédiatement et alignèrent les six points suivants nécessaires à la victoire (7/3).

Place à l’Australie

L’Australie, 9e au ranking mondial, représentée par Alex de Minaur (ATP 18), Nick Kyrgios (30), John Millman (48), Jordan Thompson (63), John Peers (26 double) est le 3e pays de ce groupe D. Elle affrontera la Colombie (N.18) mardi (18h00) avant de se mesurer à la Belgique (N.4) mercredi (18h00).

Les vainqueurs des six groupes, plus les deux meilleurs deuxièmes accèdent aux quarts de finale jeudi ou vendredi. En cas de victoire dans le groupe D, la Belgique sera opposée au vainqueur du groupe F (Etats-Unis, Italie, Canada) jeudi soir. Si nos représentants sont parmi les deux meilleurs deuxièmes, ils joueront soit vendredi matin contre le vainqueur du groupe A (France, Serbie, Japon), soit vendredi soir face au lauréat du groupe B (Croatie, Espagne, Russie).

Lire aussi direct

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. © Mathieu Golinvaux.

    Arno à l’AB: un résumé parfait de ses 50 ans de carrière

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite