Accueil Belgique Politique

Coalition fédérale: l’ombre de Magnette sur l’élection au MR?

Et si Paul Magnette avait une influence indirecte sur l’élection à la présidence du MR ? C’est aussi à cette aune-là que certains analysent la prolongation de la mission d’information du président du PS d’une semaine seulement.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Politique Temps de lecture: 1 min

Car s’il était déchargé de cette mission lundi prochain, au profit d’un formateur censé concrétiser à partir du 25 novembre une coalition bien définie, cela pourrait avoir une incidence sur le scrutin bleu, dont le résultat est attendu quatre jours plus tard, le 29 novembre. Puisque l’un des deux candidats MR en lice (Georges-Louis Bouchez) a dit sa préférence pour une majorité autour du PS et de la N-VA ; tandis que l’autre (Denis Ducarme) a fait savoir qu’une équipe sans la N-VA lui conviendrait très bien. Et donc Paul Magnette pourrait indirectement influer sur le vote libéral, selon qu’il conclura qu’un arc-en-ciel (sans la N-VA) doit être tenté, ou au contraire, qu’il faut réessayer une majorité autour du PS et de la N-VA. L’un des deux candidats apparaissant alors davantage en phase avec le scénario du moment.

Tout ceci pour autant que la mission d’information s’achève bien en début de semaine prochaine au profit d’un formateur. Et qu’un rouge puisse influencer des bleus.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par INSTITUT SAINTE MARIE , mardi 19 novembre 2019, 13:36

    Cette analyse est assez insensée. C'est d'abord d'une ligne politique qu'il faut choisir. Comme les deux candidats se situent au centre (droit), il reste donc à choisir celui dont on imagine qu'il aura le plus de facilités pour rassembler un maximum de wallons et de Bruxellois qui se réclament du centre (droit). Amusant également de constater que Madame Defraigne se voudrait un peu l'arbitre...

  • Posté par Deckers Björn, mardi 19 novembre 2019, 10:11

    Avis aux militants du MR. Bouchez est pour une coalition avec la NVA et pour une négociation institutionnelle avec elle. Le PS est radicalement contre cette hyptothèse. Or, si la NVA est contournable, le PS ne l'est pas. En définitive, Bouchez est le candidat de la Flandre et le candidat du chaos. Si on ajoute à cela les foucades du montois qui déstabilisent la scène politique francophone (tentative grossière avortée d'OPA sur le Cdh, animosité totale avec le PS), la candidature de Denis Ducarme apparaît comme une candidature d'apaisement et de stabilité, tout en restant largement fidèle à l'adn du MR.

  • Posté par Stroobants Nathalie, mardi 19 novembre 2019, 22:29

    @Halleux Pierre, analyse somatique ??? amai !

  • Posté par Halleux Pierre, mardi 19 novembre 2019, 14:38

    Manier l'art de ne rien dire d'intéressant était probablement votre intention. GBL a dit qu'il pouvait envisager de gouverner avec la NVA, rien de plus. C'est le rapprochement avec l'Open VLD qui l'intéresse. Quand à l'OPA sur le CDH, cela doit être une analyse somatique. Avoir des idées est plutôt gage de bon sens.

  • Posté par Reginster Jean-luc , mardi 19 novembre 2019, 13:08

    Comme d'habitude, vous avez une grille de lecture très "partisan socialiste" de la situation. Ce que semble vouloir privilégier G-L Bouchez, c'est le rapprochement avec l'Open VLD dans une perspective de reconstitution de sa famille politique par-delà la frontière linguistique. C'est une vision plus constructive et plus intéressante sur le long terme pour l'avenir du pays qu'un calcul strictement immédiat de formation d'une majorité politique, tant il est vrai que le principal défaut du fédéralisme à la belge, c'est l'absence de partis qui s'adressent à l'ensemble du corps électoral au niveau fédéral. Je pense qu'après la rupture gouvernementale survenue en décembre dernier, plus personne au MR ne se fait beaucoup d'illusion sur les priorités de la NVA et sa fiabilité gouvernementale. Mais en Flandre, elle chasse au moins pour partie sur les mêmes terres que les libéraux. Et ils doivent donc en tenir compte.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs