Le coach de Chypre craint les Diables rouges: «La Belgique est notre cauchemar»

belga
belga

Mais la tâche s’annonce compliquée pour Chypre, qui joue contre les Diables Rouges pour la troisième campagne qualificative de suite. « La Belgique, c’est vraiment notre cauchemar », a-t-il rigolé en conférence de presse. « Lors du prochain tirage, il va falloir éloigner la boule belge. »

Il y a deux ans, Chypre et Ben Shimon avaient perdu 4-0 à Bruxelles. Pour l’entraîneur, revenir en Belgique sera « un bon point de comparaison ». « Nous savons que nous jouons contre une des meilleures équipes du monde mais nous voulons bien faire. C’est le sentiment qui habite le groupe à la veille de ce match. »

Chypre reste sur une amère défaite à domicile contre l’Écosse (1-2), reculant de la 3e à la 4e place du groupe I. « Même si nous restons sur un dernier résultat décevant, j’ai envie que les gens se sentent fiers de leur équipe. Le fait que la Belgique veuille atteindre le 30/30 ne change rien pour nous. Ils ont leur but, nous avons le nôtre. »

Pour Ben Shimon, il s’agit plus de se concentrer sur ses joueurs que de tenter de fixer un plan pour contrer les Diables Rouges. « Ils sont forts en contre-attaques et en attaques placées. Quand vous tentez d’annihiler un aspect de leur jeu, un autre surgit. »

Pour Jason Dimitriou, 50 sélections, il s’agira de faire « le meilleur match possible en tant qu’équipe ». « Nous avons évolué ces dernières années, nous verrons ce que cela va donner mardi soir. J’aimerais évidemment gagner mais je sais que ça va être compliqué ». Le latéral droit de Southend United devra s’occuper d’Eden Hazard. « Il faudra être 100 % concentré. C’est un des meilleurs joueurs contre qui j’ai jamais joué », a ponctué celui qui était déjà de la partie en octobre 2017, dans un match où Eden Hazard avait marqué deux buts.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20170315-3DKLLK 2019-12-05 20:14:59

    Nethys: la tutelle juge les indemnités illégales mais ne peut pas tout annuler

  2. RTR1SY1T

    «J’ai pris la fuite lors de la nuit de noces mais ma mère m’a ramenée à mon mari»

  3. GagnantsPerdants

    Joachim Coens, l’Ommegang et Paris: les gagnants et les perdants de la semaine

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite