«Gilets jaunes»: Macron condamne les violences et les silences «complices»

«Gilets jaunes»: Macron condamne les violences et les silences «complices»
AFP

Emmanuel Macron a condamné lundi soir « le nihilisme de la violence » de ceux qui selon lui « ont perverti » le mouvement des « gilets jaunes », ainsi que « les voix qui se taisent et deviennent complices », après les violences de samedi lors du premier anniversaire du mouvement. « Lorsque la haine s’abat et qu’au nom d’idéaux la destruction se joue dans la rue, trop de voix se taisent et deviennent alors complices, trop de voix laissent confondre des idéaux avec le nihilisme de la violence », a-t-il dit, sans plus de précision, lors d’une remise de décoration à l’ex-dirigeant communiste Robert Hue.

Gilets jaunes : 28.000 manifestants en France, dont 4.700 à Paris (photos et vidéos)

Il a en revanche loué la « fraternité sur les ronds-points » au début du mouvement, en décorant cette fois le président de l’Association des maires ruraux de France, Vanik Berbérian. Evoquant « la colère drapée dans le jaune de la détresse », il a salué un ami qui a su percevoir « l’aspiration française de nos concitoyens à la communauté » dans « ce mouvement spontané ». « Au-delà des revendications où nous devons apporter des réponses, les Français en sortant de chez eux, en se réunissant sur les ronds-points, ont retrouvé en bien des endroits la chaleur des liens, la fraternité, l’entraide ». Même si « d’aucun ont perverti cela et recherchent l’anomie, la violence », a dit le chef de l’Etat à Vanik Berbérian.

Dimanche, la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye avait déploré que le mouvement des « gilets jaunes » soit depuis plusieurs mois « gangrené par des ultras » de l’extrême gauche. Le numéro 2 de la France Insoumise Adrien Quatennens a lui déploré « un désordre sinon organisé, au moins maintenu » par le gouvernement qui a conduit, selon lui, aux violences samedi à Paris. Le vice-président du Rassemblement national Jordan Bardella, a lui dénoncé un gouvernement qui « laisse les milices d’extrême gauche pourrir le mouvement des ‘gilets jaunes’», réclamant leur « dissolution ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Le Mercosur vend l’Amazone
», dénonçaient des opposants à l’accord lors d’une manifestation devant l’ambassade du Brésil en Belgique en août dernier.

    Unanimité wallonne contre le traité Mercosur

  2. d-20191230-3Y1G9Z 2019-12-26 16:43:06

    Affaire Gabriel Matzneff: pourquoi a-t-on fait taire ceux qui se sont élevés contre l'écrivain?

  3. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

La chronique
  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite