Premier attentat djihadiste fomenté en prison: le récit glaçant des faits jugés à Paris

Premier attentat djihadiste fomenté en prison: le récit glaçant des faits jugés à Paris

Cette attaque, violente et déterminée, fut un traumatisme pour l’administration pénitentiaire et allait conduire à repenser entièrement le traitement des détenus radicalisés en France.

Cette affaire est aussi exceptionnelle du fait de la personnalité de l’accusé, aussi bavard que les djihadistes incarcérés sont d’ordinaire silencieux. Condamné six mois plus tôt pour un départ avorté en Syrie, Bilal Taghi avait reconnu immédiatement avoir voulu tuer un «représentant de l’Etat français» au nom du groupe Etat islamique.

«Franchement, il y a des chances que je porte à nouveau atteinte aux intérêts de la France si j’en ai l’occasion», avait-il déclaré aux juges d’instruction.

Jusqu’à la réclussion criminelle à perpétuité

Pour cette attaque minutieusement préparée pour «mener (son) djihad» en France, à défaut de pouvoir repartir immédiatement en Syrie, il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Il est presque 15H, le 4 septembre 2016, quand Bilal Taghi sort de sa cellule pour aller en promenade.

Le Franco-marocain dissimule un couteau artisanal sous une serviette qu’il tient repliée, dans une attitude un peu raide qui interpelle le gardien venu le chercher. Le surveillant présume qu’il a voulu emporter de la nourriture en promenade.

Bilal Taghi fait mine de regagner sa cellule pour reposer sa serviette puis se retourne brusquement et poignarde à plusieurs reprises le surveillant Philippe H., notamment au niveau de la carotide, avant de s’attaquer à un second gardien venu aider son collègue.

Les deux hommes parviennent à quitter le couloir et se mettent à l’abri, laissant Bilal Taghi avec quatre autres détenus sortis eux aussi pour la promenade et qui gardent soigneusement leurs distances avec l’homme armé d’un couteau, dont l’un dira qu’«on aurait dit une bête sur sa proie».

Un coeur tracé avec le sang

En attendant l’arrivée des Eris, les équipes d’intervention de la pénitentiaire, Bilal Taghi trempe son doigt dans le sang du surveillant qui macule le sol et trace un coeur sur une vitre. «De l’ironie» dira-t-il plus tard, pour dire aux gardiens qui lui prédisaient qu’il sortirait «les pieds devant» que lui aussi, il «les aimait».

A 18H, les Eris interviennent. Le détenu s’empare d’un chariot de distribution de repas et fonce sur les agents en criant «Allah Akbar», couteau levé en main. Touché par une balle en caoutchouc, il est rapidement maîtrisé.

L’administration pénitentiaire (AP) est sous le choc. Comment est-il possible de n’avoir pas vu la dangerosité de ce détenu, pourtant placé dans l’aire dédiée à la «déradicalisation» d’Osny, une des quatre prisons de France alors dotées de ce dispositif ?

Cette attaque, qualifiée de «premier attentat djihadiste fomenté en prison», sonnera le glas des «aires dédiées», qui seront remplacées à partir de février 2017 par des quartiers d’évaluation de la radicalisation (QER).

Dans ces QER — il en existe six en France aujourd’hui — la dangerosité et le degré de radicalisation des détenus est mesurée pendant environ quatre mois par une équipe pluridisciplinaire.

Jusqu’au 22 novembre

Selon le «pronostic» de passage à l’acte, les détenus sont désormais placés en détention ordinaire, en isolement ou en quartier de prise en charge de la radicalisation, totalement séparés du reste de la détention.

Le profil de Bilal Taghi le classe aujourd’hui dans la dernière catégorie: lors de son procès en correctionnelle, il avait admis avoir voulu gagner la Syrie avec sa femme et leur bébé de deux mois, quelques jours après l’attaque contre Charlie Hebdo. Leur entreprise avait tourné court après un accident de voiture en Turquie.

Il avait reconnu une conversion familiale à l’islam radical, avant d’affirmer qu’il ne voulait gagner la Syrie que pour y chercher un de ses frères.

Ses deux aînés sont aujourd’hui considérés comme ayant été tués en Syrie. Deux autres de ses frères ont été expulsés en août 2017 vers le Maroc «en raison de leurs liens avec la mouvance salafiste radicale».

Le procès est prévu jusqu’au 22 novembre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Aux éditions Weyrich, Hugues Wenkin et Christian Dujardin réexpliquent l’importance du front nord dans l’issue de la bataille des Ardennes. © Dominique Duchesnes.

    75 ans de la bataille des Ardennes: pourquoi ce fut aussi la bataille des ponts

  2. Les avocats d’Albert II, Me Alain Berenboom et Me Guy Hiernaux

    L’avocat d’Albert II sort du silence: «Il n’a jamais considéré Delphine comme sa fille»

  3. Les racines de Pierre Wynants sont place Rouppe, où la prodigieuse cave compte pas moins de 25.000 bouteilles. Son petit-fils Loïc y travaille en salle et comme sommelier.

    Les racines élémentaires de Pierre Wynants: «J’ai été viré de l’école, ça a été ma chance»

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite