Vapotage: la Californie poursuit Juul, accusé d’avoir ciblé des mineurs

Vapotage: la Californie poursuit Juul, accusé d’avoir ciblé des mineurs
Photo News

La Californie et Los Angeles ont annoncé lundi avoir engagé des poursuites judiciaires contre Juul Labs, numéro un de la cigarette électronique aux Etats-Unis, accusé d’avoir délibérément ciblé les mineurs dans ses pratiques de marketing pour les inciter à vapoter, ce qui est illégal.

La plainte, déposée par le procureur fédéral de Californie Xavier Becerra et son homologue de la ville de Los Angeles, affirme aussi que Juul a manqué à ses obligations de vérification de l’âge des consommateurs dans cet Etat. Et lorsqu’elle l’a fait, la firme basée à San Francisco aurait indûment conservé les adresses électroniques des mineurs qu’elle avait identifiés comme tels pour leur envoyer des publicités.

En Californie, la loi interdit la vente de produits de vapotage contenant de la nicotine aux individus âgés de moins de 21 ans, ce qui n’a pas empêché Juul de commercialiser de tels produits avec des arômes séduisants pour les jeunes (mangue, menthe douce, crème brûlée, concombre…). La startup, qui a toujours démenti viser les mineurs, a cessé de commercialiser ces recharges au cours des dernières semaines.

« Plus de 64 % du marché du vapotage aux Etats-Unis »

Selon un communiqué du procureur Becerra citant les autorités sanitaires américaines, l’usage de ces produits aromatisés par des mineurs continue de croître rapidement aux Etats-Unis, notamment chez les collégiens et lycéens. « Les ventes de Juul ont explosé et représentent maintenant plus de 64 % du marché du vapotage aux Etats-Unis », avance le communiqué. « Nous avons consenti trop d’efforts et investi trop d’argent dans la lutte contre le tabagisme pour rester les bras croisés alors que les Californiens succombent au vapotage et à l’addiction à la nicotine », a lancé Xavier Becerra lors d’une conférence de presse.

« Juul a adopté les sinistres pratiques de l’industrie du tabac et recouru à des publicités visant les cibles les plus vulnérables sans se soucier de la santé publique », accuse-t-il. Devançant une décision imminente des autorités sanitaires, le leader des cigarettes électroniques a annoncé récemment l’arrêt de la vente des recharges aromatisées à la menthe, après la publication d’une étude montrant que c’était le goût préféré des lycéens américains.

Juul ne vend dorénavant que trois arômes : deux au tabac et un au menthol, qui est différent de la menthe. Certaines de ses pratiques de marketing ont valu cet été à l’entreprise l’ouverture d’une enquête de l’agence fédérale de protection des consommateurs.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FILES-CRASH-HELICOPTER-KOBE-BRYANT (2)

    Décès de Kobe Bryant: le Black Mamba ne mordra plus

  2. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  3. 83090060_855752328196826_8677988821796651008_n

    Brexit: il y a 47 ans, les Britanniques rejoignaient les Européens sans fanfare

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Vraiment, nous vivons en de sombres temps

    Auschwitz, il y a 75 ans. Si une angoisse particulière s’ajoute cette fois, c’est que cette commémoration a des allures de paratonnerre. Comme si, en dénonçant à nouveau les horreurs innommables que des hommes ont pu faire subir à d’autres hommes, on tentait de conjurer le sort pour, si pas le présent, du moins un futur peut-être proche.

    « J’aimerais pouvoir assurer que nous, les Allemands, avons appris de l’Histoire une fois pour toutes. Mais je ne peux dire cela alors que la haine se répand....

    Lire la suite