Pont effondré en France: des perquisitions chez le transporteur

Une adolescente de 15 ans et le chauffeur d’un camion ont été tués lundi lors de l’effondrement d’un pont suspendu à Mirepoix-sur-Tarn (Haute-Garonne), un accident spectaculaire qui a relancé les inquiétudes sur la sécurité des ponts en France. « C’est le bilan définitif, il n’y a pas d’autre personne portée disparue », a indiqué à l’AFP le maire, Eric Oget.

Le corps du chauffeur du camion tombé dans le Tarn et qui se trouvait dans la cabine, en « a été sorti » vers 22H00, a déclaré le maire peu avant 22H30. Il « a été ramené à la surface et a été pris en charge par les pompes funèbres », a précisé M. Oget. Tous les habitants de cette localité au nord de Toulouse étaient sous le choc. « J’ai du mal à le croire, ça aurait pu être moi, ce pont, je le prends tous les jours », s’effraie rétrospectivement, les larmes aux yeux, Émilie Mulero, une infirmière de 37 ans. Le tablier du pont, quasi entièrement effondré, plonge désormais dans la rivière.

Datant de 1931, le pont, qui « s’est effondré brutalement, en quelques secondes », avait été contrôlé et « n’avait pas été identifié comme posant des problèmes particuliers », a pour sa part relevé la secrétaire d’État à la Transition écologique Emmanuelle Wargon, venue sur place avec le secrétaire d’État à l’Intérieur, Laurent Nuñez. « Le gouvernement est déjà mobilisé pour la sécurité des ponts, notre mobilisation est renforcée » après ce drame, a-t-elle ajouté.

« Aucune hypothèse ne peut-être confirmée », a souligné M. Nuñez, interrogé sur un possible surpoids du camion ayant emprunté le pont, qui était interdit aux plus de 19 tonnes. L’enquête devra aussi déterminer « si les conditions d’usage du pont n’étaient pas celles prévues », a ajouté Mme Wargon. Selon des élus locaux, le passage de camions en surpoids sur cet ouvrage n’était pas exceptionnel.

« Pas de problèmes de structure »

Avant la venue des ministres, le gouvernement avait annoncé le lancement immédiat d’une enquête par le Bureau d’enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT). Selon le procureur de Toulouse Dominique Alzéari, les deux véhicules, le camion et la Renault Clio où était l’adolescente roulaient en sens inverse. La mère de la jeune victime a pu être sauvée par des témoins, dont deux ont été blessés dans l’opération, et dont le « courage » a été salué par M. Nuñez.

L’adolescente était en classe de Première au lycée privé d’enseignement professionnel rural de la localité voisine de Montastruc-la-Conseillère, selon l’établissement où une cellule psychologique a été mise en place. Le Tarn est très profond à cet endroit, plus de 20 m, pour 100 m de large, et des plongeurs sont sur place.

L’ouvrage ne présentait « aucun problème de structure » lors de sa dernière inspection « détaillée en 2017 » avait indiqué dans la matinée le Conseil départemental. Le dernier contrôle a eu lieu en décembre 2018. Le pont mesurait 155 mètres de long et 6,50 mètres de large.

Le procureur a fait état de « perquisitions chez le transporteur ». Selon le Conseil départemental, il s’agit d’une « entreprise de forage ». Le camion, qui a été localisé dans la rivière, est « apparemment un porte-char, ce type de véhicule transporte des grues. A priori, c’est un véhicule lourd », a pour sa part indiqué Eric Oget, qui ne sait pas s’il fait plus ou moins que 19 tonnes, la limite autorisée sur ce pont. « Ces ponts sont interdits aux véhicules de plus de 19 tonnes mais il est fréquent que des camions de plus gros tonnage les empruntent », a pour sa part relevé le président de la Communauté de communes, Jean-Marc Dumoulin.

Les habitants sous le choc

Ce drame « illustre malheureusement » les conclusions de la mission d’information sénatoriale sur la sécurité des ponts, à savoir qu’il y a « une vraie dangerosité de l’état de nos ponts », a déclaré son président Hervé Maurey à l’AFP. Pour M. Maurey, « un des problèmes est qu’aujourd’hui on ne connaît pas l’état des ponts en France ». La mission d’information a appelé fin juin à « un +plan Marshall+ pour éviter un drame », réclamant un audit des ponts.

Le Sénat avait mis en place cette mission sur la sécurité des ponts après l’effondrement d’un viaduc à Gênes (Italie) le 14 août 2018, qui avait fait 43 morts.

Sur place, les habitants étaient sous le choc : « on le prend tous les jours ce pont. C’est pas possible que ça arrive ! On était loin de s’imaginer que le pont pouvait s’effondrer. Les bus scolaires venaient juste de passer le pont. Mon ainé venait de partir au collège de Bessières », témoignait avec des sanglots dans la voix Audrey Laujac, 36 ans, aide à domicile qui habite à 100 mètres.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FILES-CRASH-HELICOPTER-KOBE-BRYANT (2)

    Décès de Kobe Bryant: le Black Mamba ne mordra plus

  2. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  3. 83090060_855752328196826_8677988821796651008_n

    Brexit: il y a 47 ans, les Britanniques rejoignaient les Européens sans fanfare

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Vraiment, nous vivons en de sombres temps

    Auschwitz, il y a 75 ans. Si une angoisse particulière s’ajoute cette fois, c’est que cette commémoration a des allures de paratonnerre. Comme si, en dénonçant à nouveau les horreurs innommables que des hommes ont pu faire subir à d’autres hommes, on tentait de conjurer le sort pour, si pas le présent, du moins un futur peut-être proche.

    « J’aimerais pouvoir assurer que nous, les Allemands, avons appris de l’Histoire une fois pour toutes. Mais je ne peux dire cela alors que la haine se répand....

    Lire la suite