Snapchat tente de contrer la désinformation

Snapchat tente de contrer la désinformation

Les publicités politiques sur Snapchat sont passées au crible pour s’assurer qu’elles ne sont pas trompeuses ou fallacieuses, a confirmé lundi Snap, la maison mère du réseau social.

La plateforme prisée des adolescents n’adopte ainsi ni la stratégie de Facebook — qui autorise la plupart des publicités politiques, même en cas de mensonge — ni celle de Twitter qui va quasiment toutes les interdire.

«Nous examinons toutes les publicités, y compris les publicités politiques», a dit le président-directeur général de Snapchat, Evan Spiegel, dans un article publié par CNBC.

«Ce que nous essayons de faire, c’est de créer un lieu pour les publicités politiques sur notre plateforme, surtout dans la mesure où nous touchons beaucoup de jeunes et de primo-votants, nous voulons qu’ils puissent être intégrés à la discussion politique mais nous n’autorisons pas des choses comme la désinformation dans ces publicités», a poursuivi le jeune dirigeant.

>Facebook tient compte de nouvelles influences lors des prochaines élections américaines

Snapchat interdit les publicités politiques trompeuses ou fallacieuses et a une équipe chargée de décortiquer ces messages sponsorisés pour s’assurer qu’ils n’enfreignent pas la réglementation du réseau social.

Fin octobre, Twitter avait lancé un énorme pavé dans la mare en annonçant que le réseau social n’accepterait plus aucune publicité à caractère politique où que ce soit dans le monde. La plateforme californienne a néanmoins indiqué vendredi exempter les bonnes causes, comme la défense de l’environnement ou la promotion de l’égalité sociale, de cette interdiction.

>Les Belges utilisent de moins en moins Facebook

Chez Twitter, ces règles vont entrer en vigueur à partir du 22 novembre.

Chez Facebook, on prône l’inverse. Mark Zuckerberg, le patron-fondateur du premier réseau social au monde, a récemment défendu les messages politiques sur sa plateforme, y compris s’ils comportaient des mensonges ou des contre-vérités, au nom de la liberté d’expression.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
On ne peut pas multiplier les politiques et les priorités à couvrir et réduire le budget à y consacrer
», insiste Olivier Chastel.

    Le Parlement européen veut 60 milliards de plus pour le climat, selon Olivier Chastel

  2. d-20190131-3R0NN6 2019-11-05 20:59:31

    L’élève francophone prend souvent du retard, mais la situation s’améliore

  3. d-20191128-3XGE94 2019-11-28 11:17:40

    Affaire Nethys: la Socofe renonce à son recours contre le décret gouvernance wallon

La chronique
  • Peut-on se payer la Maison-Blanche?

    I’m not a billionnaire ! », a lâché, amère, la sénatrice de Californie, Kamala Harris, en annonçant qu’elle abandonnait la course à l’investiture démocrate pour la présidentielle américaine.

    La pique visait sans doute moins Donald Trump que deux candidats de son propre parti, Tom Steyer et Michael Bloomberg, dont les fortunes personnelles sont estimées, respectivement, à 1,6 milliard et 50 milliards de dollars par le magazine Forbes.

    Que des hommes, blancs, et vieux, comme Steyer (62 ans) et Bloomberg (77 ans), mais aussi Joe Biden (77 ans) ou Bernie Sanders (78 ans), puissent – sauf surprise – mener campagne jusqu’à la convention démocrate de Milwaukee, prévue en juillet 2020, alors que Kamala Harris, self-made woman de 55 ans, métisse, de père jamaïcain et de mère indienne, ait dû jeter l’éponge début décembre 2019 est déjà, en soi, problématique pour certains progressistes.

    Qu’à l’instar de l’actuel président...

    Lire la suite

  • Le Green Deal européen: la politique, la vraie

    Il faut lire le « Green Deal » dans lequel la Commission propose de faire de l’Europe un continent « zéro carbone » en 2050. La Commission y fixe un nouvel objectif 2030 pour la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, identifie les secteurs dans lesquels elle veut agir. Elle annonce cinquante mesures, promet de déposer toutes ses propositions législatives dans les deux années à venir…

    ...

    Lire la suite