Etat-Unis: le médecin de Donald Trump écarte toute «spéculation» sur une douleur à la poitrine

Etat-Unis: le médecin de Donald Trump écarte toute «spéculation» sur une douleur à la poitrine
AFP

Le médecin de Donald Trump a annoncé que le président américain, contrairement à certaines informations, n’avait souffert d’aucune douleur à la poitrine, dans un rapport publié lundi à la suite d’une visite médicale «de routine, qui était prévue».

Le milliardaire new-yorkais, 73 ans, a passé un peu plus d’une heure samedi à l’hôpital militaire Walter Reed, près de Washington, pour «des examens, des analyses et des discussions» avec le corps médical, a précisé le médecin du président, Sean Conley, dans un communiqué publié par la Maison Blanche.

«En dépit de certaines spéculations, le président n’a pas ressenti de douleur à la poitrine, et n’a été ni diagnostiqué ni traité pour des problèmes urgents ou aigus», a-t-il ajouté. «Particulièrement, il n’a subi aucun examen cardiaque spécifique ni aucune évaluation neurologique».

Des rumeurs voulaient que l’examen médical subi par Donald Trump ait été imprévu et déclenché par des douleurs à la poitrine, qui peuvent être le signe de problèmes cardiaques notamment.

«En raison d’incertitudes d’agenda, l’information sur sa visite avait été gardée confidentielle», poursuit le Dr Conley dans le communiqué où sont également donnés des détails sur le taux de cholestérol du président américain.

Lors de son précédent examen en février, Conley avait établi que son célèbre patient était «en très bonne santé». Donald Trump, amateur de junk food mais beaucoup moins d’exercice physique, pesait alors 110 kilos.

La porte-parole de la Maison Blanche Stephanie Grisham avait affirmé samedi que le président avait profité d’un week-end de libre pour effectuer la première partie de sa visite médicale annuelle, avant «une année 2020 très occupée», où il tentera de se faire réélire.

En 2018, le médecin d’alors de Donald Trump, Ronny Jackson, avait tenu une conférence de presse inhabituellement détaillée où il avait vanté les «gènes incroyables» du magnat de l’immobilier.

Peu après Donald Trump avait voulu promouvoir le docteur Jackson à la tête du département des Anciens combattants, avant que celui-ci ne refuse finalement le poste.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Si ça avait marché avec John Barry, je serais encore là à faire couler son bain et chauffer sa soupe de tortue.
»

    Les Racines élémentaires de Jane Birkin: «J’étais devenue quelqu’un de célèbre sans grand mérite»

  2. BELGA

    Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

  3. Affublé d’une veste en cuir marron élimée, appuyé à un déambulateur, Harvey Weinstein semble un vieil homme que l’on dirait centenaire, alors qu’il affiche tout juste 67 ans au compteur. © Photo News.

    Il se passe toujours quelque chose au procès de Harvey Weinstein

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite