Diables rouges: la Belgique contre Chypre pour une historique dixième victoire de rang

©Photonews
©Photonews

Après une cuvée 2018 déjà unique où elle a décroché la troisième place du Mondial en Russie, la génération actuelle des Diables rouges a l’occasion de rentrer un peu plus dans l’histoire du football belge. Une victoire contre Chypre ce mardi (20h45) lui permettrait de signer un retentissant 30/30 en alignant un dixième succès de rang dans le groupe I des qualifications pour l’Euro 2020.

Tous les objectifs sont déjà atteints après une victoire autoritaire contre la Russie samedi à Saint-Pétersbourg (1-4). Qualifications, première place et statut de tête de série pour la phase finale sont en effet actés. Si Roberto Martinez a déclaré lundi qu’il voulait que le public « célèbre et profite d’une équipe exceptionnelle », il n’en reste pas moins concentré sur la victoire.

Car cette victoire lui permettrait de réaliser ce qu’aucun sélectionneur belge n’est parvenu à faire auparavant : terminer une campagne qualificative pour un Euro ou une Coupe du monde avec un bilan parfait. Seuls sept pays ont signé pareille performance par le passé : la France (2x), l’Espagne (2x), l’Allemagne (2x), L’Angleterre, les Pays-Bas, la République tchèque et l’Italie.

Ce serait également la deuxième fois que le Catalan ponctue invaincu une année civile. En 2017, il avait remporté sept matches et partagé l’enjeu à trois reprises, contre la Grèce (1-1) en match officiel puis en Russie (3-3) et contre le Mexique (3-3) en amical.

Devant l’inamovible Thibaut Courtois, Martinez devrait confirmer Toby Alderweireld et Dedryck Boyata alors que Jason Denayer pourrait remplacer Thomas Vermaelen, qui ne jouera pas contre les Chypriotes.

Annonçant plusieurs changements dans son équipe, Martinez a laissé planer le doute quant à l’identité de son duo dans le milieu de terrain où Axel Witsel, Youri Tielemans, Kevin De Bruyne et Leander Dendoncker peuvent prétendre à une place de titulaire. Eden Hazard et Timothy Castagne semblent eux assurés de débuter, l’un de par son statut de leader et l’autre à cause des blessures de Thomas Meunier et Nacer Chadli. Michy Batshuayi, Yannick Carrasco ou encore Dennis Praet pourraient recevoir du temps de jeu.

À noter que Chypre, battu 1-2 par l’Écosse samedi, est 4e du groupe avec 10 points. La Belgique s’était imposée 0-2 à Nicosie en mars grâce à des buts d’Eden Hazard et Batshuayi.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    Mobilité: la voiture cède lentement du terrain

  2. Sven Gatz ne voit pas le Multilinguisme comme un lot de consolation. Bien au contraire. «
Je voulais ce portefeuille
!
»

    Sven Gatz au «Soir»: «Bruxelles est une Région trilingue, multilingue»

  3. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite