Renault-Nissan: les enfants de Carlos Ghosn dénoncent un système juridique japonais «cruel»

Renault-Nissan: les enfants de Carlos Ghosn dénoncent un système juridique japonais «cruel»

Les enfants de Carlos Ghosn, tombé il y a un an jour pour jour dans les filets des procureurs japonais, ont dénoncé mardi un système juridique «cruel» et «injuste», réclamant un procès «équitable» pour leur père, dans une tribune publiée sur le site de franceinfo.

«Si nous nous exprimons sur ce triste anniversaire, c’est pour attirer l’attention sur un système juridique japonais à la fois cruel et injuste», qui «traite plus durement que ses citoyens ceux qui n’ont pas la nationalité japonaise», ont écrit ses quatre enfants, Anthony, Maya, Nadine et Caroline Ghosn.

Ses enfants, qui ont grandi au Japon, disent découvrir la «face sombre» de ce pays qui, selon eux, soumet leur père «à des traitements abominables».

«Les autorités japonaises l’ont détenu en le gardant à l’isolement total pendant 129 jours», tandis que «les procureurs japonais l’ont interrogé, jour et nuit, sans arrêt, pendant des heures».

Les enfants de Carlos Ghosn plaident l’innocence de leur père, victime à leurs yeux d’une «guerre économique».

Les documents transmis par l’ex-patron déchu à la Cour «indiquent notamment que les procureurs, les dirigeants de Nissan ainsi que des officiels du gouvernement japonais ont fabriqué de toutes pièces cette procédure pénale dans le but d’évincer notre père de son poste, par peur que l’alliance entre Nissan et Renault ne menace l’indépendance de Nissan», affirment-ils.

«Chacun de nous tente de comprendre comment un pays aussi développé que le Japon peut laisser les droits de l’Homme — dont devrait bénéficier notre père — être bafoués de la sorte», ont-ils regretté, réclamant un procès «équitable».

«Si ce procès voit bien le jour, nous prions pour qu’il soit équitable afin que notre père ait une chance de prouver son innocence et de retrouver sa liberté», ajoutent les enfants de Carlos Ghosn, en demandant aux autorités japonaises «de mettre un terme à l’interdiction qui l’empêche de rentrer en contact avec son épouse» Carole.

Libéré sous caution après 130 jours en détention, Carlos Ghosn fait l’objet de quatre inculpations: deux pour non-déclaration aux autorités boursières de rémunérations différées, et deux autres pour abus de confiance aggravé. Il encourt jusqu’à 15 ans de prison. Assigné à résidence à Tokyo dans l’attente de son procès, il nie tout en bloc.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    Mobilité: la voiture cède lentement du terrain

  2. Sven Gatz ne voit pas le Multilinguisme comme un lot de consolation. Bien au contraire. «
Je voulais ce portefeuille
!
»

    Sven Gatz au «Soir»: «Bruxelles est une Région trilingue, multilingue»

  3. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite