L’Espagne, qualifiée pour l’Euro 2020, va se séparer de son sélectionneur Robert Moreno

©EPA
©EPA

L’Espagne a beau s’être facilement imposée 5-0 face à la Roumanie lundi soir et être déjà qualifiée pour l’Euro 2020, ce n’était pas vraiment la joie qui régnait dans les vestiaires à l’issue de la rencontre. En effet, le sélectionneur espagnol Roberto Moreno a appris peu de temps avant le coup d’envoi qu’il ne conserverait pas son poste.

Les médias espagnols avaient révélé l’information en début de soirée. Moreno, qui ne s’était pas présenté en conférence de presse après le match, l’aurait annoncé à ses joueurs dans les vestiaires, en larmes.

L’annonce officielle du départ de Moreno et du changement d’entraîneur devrait tomber ce mardi, lors d’une conférence de presse convoquée à 12h30 au siège de la Fédération espagnole de football, à Las Rozas. Selon la presse, la Fédération, dirigée par Luis Rubiales, aurait même déjà proposé à l’ancien sélectionneur de la Roja Luis Enrique (2018-2019), qui avait abandonné le poste le 19 juin pour « raisons personnelles » (endeuillé par le décès d’une de ses filles en août), de reprendre la charge de l’équipe.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite