Coalition fédérale: pour la presse flamande, Paul Magnette pousse lentement, mais sûrement la N-VA vers la sortie

Coalition fédérale: pour la presse flamande, Paul Magnette pousse lentement, mais sûrement la N-VA vers la sortie
Photo News

La mission de l’informateur Paul Magnette a été prolongée par le Roi jusqu’au 25 novembre lundi. La presse flamande semble penser que « l’architecte » compte bien obtenir d’une manière ou d’une autre un gouvernement arc-en-ciel. Grâce à cette coalition multicolore, Paul Magnette obtiendrait 81 sièges sur 150, mais pour l’instant l’alliance avec le CD&V et l’Open VLD coince encore toujours.

D’après De Standaard , Paul Magnette resterait silencieux sur les sujets qui risquent de vraiment coincer au fédéral comme le budget, la migration et le climat. Les choses avancent néanmoins, mais la discorde entre la N-VA et le PS ne s’estompe pas d’après le quotidien. Le PS souligne notamment l’importance pour lui de la place que doit tenir la société civile et veut la refédéralisation de certains domaines. Il garde ainsi ses distances avec le parti nationaliste flamand beaucoup plus critique à l’égard de la société civile et toujours sur la piste du confédéralisme.

Pour le journal De Tijd , la technique de Magnette est « raffinée ». Le quotidien économique flamand attend néanmoins de voir des résultats et si Paul Magnette sera capable de mettre sur pied cette coalition tant rêvée, exprimant de ce fait également l’idée qu’ouvrir les portes à la N-VA est pour l’instant toujours exclue pour l’informateur royal. D’après De Tijd, l’objectif serait même de tenter d’établir que les nationalistes flamands ne seraient pas sur la même longueur d’ondes sur la majorité des sujets abordés.

>Coalition fédérale: plusieurs rencontres à l’agenda de Paul Magnette

Dans De Morgen , on peut également lire la volonté de « l’architecte » dans ses recherches de vouloir exclusivement former un arc-en-ciel alors qu’« en théorie Magnette devrait rechercher toutes les voies possibles pour former une coalition ». Et ce via la mise en place d’un programme substantiel basé sur le consensus, comme Paul Magnette l’a affirmé lors de sa conférence de presse lundi après avoir déposé son rapport au roi. D’après De Morgen , ce sont les exigences communautaires des deux partis qui rendraient leur coopération impossible. Les nationalistes flamands seraient dès lors lentement, mais sûrement poussés en direction de la sortie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20150129-37L6LD 2015-01-29 10:05:39

    Banque: un accès au cash toujours plus complexe

  2. Joachim Coens et Georges-Louis Bouchez.

    Bouchez-Coens: deux novices pour sortir de la crise politique

  3. Pour les sénateurs démocrates comme Elizabeth Warren, il faut que la procédure s’achève vite pour leur permettre de faire leur campagne pour les primaires de leur parti.

    Chefs d’accusation contre Trump: pourquoi les démocrates sont pressés d’en finir

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «La grande misère du choix électoral»

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Le grand fossé de l’impeachment, dans l’Amérique de Trump

    Montez ! Sautez dans le traîneau des esprits de Noël, et laissez-vous mener par-delà les villes et les champs, pour entrer dans les chaumières et prendre le pouls des foyers américains ! Cette radioscopie à la Dickens, dont rêvent tous les sondeurs depuis l’élection surprise de Donald Trump en 2016, ne vous réjouirait guère : jamais depuis la guerre de Sécession (1861-1865), nos cousins n’ont été plus divisés, ne se sont ainsi entre-déchirés, au point de reconsidérer, de plus en plus fréquemment, leur participation au sacro-...

    Lire la suite