Colonies israéliennes: l’Etat hébreu jubile, les Palestiniens amers après la décision de Washington

Colonies israéliennes: l’Etat hébreu jubile, les Palestiniens amers après la décision de Washington
Reuters

Victoire pour Israël, coup de massue pour les Palestiniens : le changement de politique de Washington sur le statut des colonies en Cisjordanie occupée divise à nouveau les protagonistes d’un conflit sans issue à court terme.

La classe politique israélienne, une grande partie de la presse et les habitants des colonies israéliennes jubilaient encore mardi matin après l’annonce de l’administration Trump sur les colonies en Territoires palestiniens occupés.

Cette décision « est le reflet d’une vérité historique que les Juifs ne sont pas des colonisateurs étrangers en Judée-Samarie (nom biblique utilisé en Israël pour désigner la Cisjordanie occupée) », a déclaré Netanyahu.

Après avoir reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël et une partie du plateau du Golan syrien comme israélien, la Maison Blanche estime désormais que les colonies israéliennes en Cisjordanie occupée « ne sont pas contraires au droit international ».

>Les Etats-Unis ne considèrent plus les colonies israéliennes contraires au droit international

Washington change ainsi non seulement sa politique mais nage à contre-courant de résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, comme la 2334, qui considèrent les colonies comme une « violation du droit international humanitaire » mettant « gravement en péril » la solution à deux Etats.

Si la colonisation par Israël de la Cisjordanie occupée s’est poursuivie sous tous les gouvernements israéliens depuis 1967, elle s’est accélérée ces dernières années sous l’impulsion de Netanyahu et de son allié à Washington, le président Donald Trump.

Aujourd’hui, plus de 400.000 Israéliens habitent en Cisjordanie occupée, territoire morcelé où vivent également 2,7 millions de Palestiniens.

Alors que se profilent des élections en Israël

Le Premier ministre israélien avait promis en septembre d’annexer rapidement la Vallée du Jourdain, territoire stratégique représentant un peu moins du tiers de la Cisjordanie occupée, s’il était reconduit au pouvoir.

L’annonce de Washington intervient alors que le rival de Netanyahu, l’ex-général Benny Gantz, lui aussi favorable à terme à l’annexion de la vallée du Jourdain, a jusqu’à mercredi pour tenter de former un gouvernement.

Pour former un gouvernement sans l’appui de Netanyahu, Gantz doit au minimum compter sur le soutien de députés arabes. Si Gantz a salué le « soutien solide » de Washington, les partis arabes israéliens l’ont dénoncé.

Pour des responsables palestiniens ont condamné la décision de l’administration Trump qui attend d’ailleurs la formation d’un nouveau gouvernement en Israël pour dévoiler son projet de paix pour le Moyen-Orient.

« Nous avons déjà entamé les pourparlers à l’ONU afin de présenter un projet de résolution au Conseil de Sécurité. Nous nous attendons à un veto de Washington, mais nous allons néanmoins aller de l’avant », a déclaré mardi le négociateur en chef des Palestiniens, Saëb Erekat.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Greenpeace a mené une action spectaculaire à l’ouverture du sommet européen, jeudi matin
: ses militants ont pris d’assaut la façade du bâtiment, déployant de grandes banderoles qui donnaient l’impression que le bâtiment était en feu. Des feux de détresse ont également été allumés en divers endroits pour faire de la fumée.

    Sommet européen: alerte orange sur l’ambition «neutralité carbone» en 2050

  2. Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne.

    Les marchés du carbone empoisonnent la COP25 Madrid

  3. ©News

    Europa League: éliminé, le Standard peut nourrir des regrets

La chronique
  • Peut-on se payer la Maison-Blanche?

    I’m not a billionnaire ! », a lâché, amère, la sénatrice de Californie, Kamala Harris, en annonçant qu’elle abandonnait la course à l’investiture démocrate pour la présidentielle américaine.

    La pique visait sans doute moins Donald Trump que deux candidats de son propre parti, Tom Steyer et Michael Bloomberg, dont les fortunes personnelles sont estimées, respectivement, à 1,6 milliard et 50 milliards de dollars par le magazine Forbes.

    Que des hommes, blancs, et vieux, comme Steyer (62 ans) et Bloomberg (77 ans), mais aussi Joe Biden (77 ans) ou Bernie Sanders (78 ans), puissent – sauf surprise – mener campagne jusqu’à la convention démocrate de Milwaukee, prévue en juillet 2020, alors que Kamala Harris, self-made woman de 55 ans, métisse, de père jamaïcain et de mère indienne, ait dû jeter l’éponge début décembre 2019 est déjà, en soi, problématique pour certains progressistes.

    Qu’à l’instar de l’actuel président...

    Lire la suite

  • Le Green Deal européen: la politique, la vraie

    Il faut lire le « Green Deal » dans lequel la Commission propose de faire de l’Europe un continent « zéro carbone » en 2050. La Commission y fixe un nouvel objectif 2030 pour la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, identifie les secteurs dans lesquels elle veut agir. Elle annonce cinquante mesures, promet de déposer toutes ses propositions législatives dans les deux années à venir…

    ...

    Lire la suite