Colonies israéliennes: l’Etat hébreu jubile, les Palestiniens amers après la décision de Washington

Colonies israéliennes: l’Etat hébreu jubile, les Palestiniens amers après la décision de Washington
Reuters

Victoire pour Israël, coup de massue pour les Palestiniens : le changement de politique de Washington sur le statut des colonies en Cisjordanie occupée divise à nouveau les protagonistes d’un conflit sans issue à court terme.

La classe politique israélienne, une grande partie de la presse et les habitants des colonies israéliennes jubilaient encore mardi matin après l’annonce de l’administration Trump sur les colonies en Territoires palestiniens occupés.

Cette décision « est le reflet d’une vérité historique que les Juifs ne sont pas des colonisateurs étrangers en Judée-Samarie (nom biblique utilisé en Israël pour désigner la Cisjordanie occupée) », a déclaré Netanyahu.

Après avoir reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël et une partie du plateau du Golan syrien comme israélien, la Maison Blanche estime désormais que les colonies israéliennes en Cisjordanie occupée « ne sont pas contraires au droit international ».

>Les Etats-Unis ne considèrent plus les colonies israéliennes contraires au droit international

Washington change ainsi non seulement sa politique mais nage à contre-courant de résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, comme la 2334, qui considèrent les colonies comme une « violation du droit international humanitaire » mettant « gravement en péril » la solution à deux Etats.

Si la colonisation par Israël de la Cisjordanie occupée s’est poursuivie sous tous les gouvernements israéliens depuis 1967, elle s’est accélérée ces dernières années sous l’impulsion de Netanyahu et de son allié à Washington, le président Donald Trump.

Aujourd’hui, plus de 400.000 Israéliens habitent en Cisjordanie occupée, territoire morcelé où vivent également 2,7 millions de Palestiniens.

Alors que se profilent des élections en Israël

Le Premier ministre israélien avait promis en septembre d’annexer rapidement la Vallée du Jourdain, territoire stratégique représentant un peu moins du tiers de la Cisjordanie occupée, s’il était reconduit au pouvoir.

L’annonce de Washington intervient alors que le rival de Netanyahu, l’ex-général Benny Gantz, lui aussi favorable à terme à l’annexion de la vallée du Jourdain, a jusqu’à mercredi pour tenter de former un gouvernement.

Pour former un gouvernement sans l’appui de Netanyahu, Gantz doit au minimum compter sur le soutien de députés arabes. Si Gantz a salué le « soutien solide » de Washington, les partis arabes israéliens l’ont dénoncé.

Pour des responsables palestiniens ont condamné la décision de l’administration Trump qui attend d’ailleurs la formation d’un nouveau gouvernement en Israël pour dévoiler son projet de paix pour le Moyen-Orient.

« Nous avons déjà entamé les pourparlers à l’ONU afin de présenter un projet de résolution au Conseil de Sécurité. Nous nous attendons à un veto de Washington, mais nous allons néanmoins aller de l’avant », a déclaré mardi le négociateur en chef des Palestiniens, Saëb Erekat.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous