Meurtre de la journaliste Daphne Caruana Galizia à Malte: un suspect arrêté

La blogueuse et journaliste maltaise était une infatigable militante anti-corruption.
La blogueuse et journaliste maltaise était une infatigable militante anti-corruption. - Reuters

Un homme accusé d’avoir joué un rôle d’entremetteur lors du meurtre de la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia a été arrêté par la police ce mardi, lors d’un raid visant une affaire de blanchiment d’argent.

L’homme est accusé d’avoir fait le lien entre la personne suspectée d’avoir commandité le meurtre de la journaliste anti-corruption, la personne passée à l’acte et ceux ayant aidé à fournir les explosifs utilisés sur la voiture de Daphne Caruana Galizia.

Le président maltais pourrait offrir le pardon au suspect clef qui, de son propre aveu, serait en mesure de nommer le commanditaire, rapporte ce mardi le Times of Malta. Depuis plusieurs jours, la police et des experts d’Interpol cherchent à vérifier que l’homme est bien informé. Pour les autorités, il resterait encore un ou deux suspects liés au meurtre de la journaliste, tuée en octobre 2017 dans une attaque à la voiture piégée. Des appareils électroniques que l’entremetteur avait en sa possession ont été saisis lors de son arrestation. Ils pourraient permettre aux enquêteurs d’obtenir plus d’informations quant aux personnes liées au meurtre de Daphne Caruana Galizia.

En décembre 2017, trois hommes avaient été inculpés pour l’assassinat de la journaliste : les frères Alfred et George Degiorgio, ainsi que Vince Muscat. Tous trois, qui ont un passé criminel, plaident non coupables.

Trafics illicites, pots-de-vin, comptes bancaires offshore… La blogueuse et journaliste maltaise était une infatigable militante anti-corruption. À 53 ans, elle avait travaillé comme chroniqueuse dans plusieurs médias maltais, mais c’est surtout via son blog extrêmement populaire, Running Commentary, qu’elle s’était fait connaître bien au-delà de son île. Avec sa plume acérée, « empoisonnée » selon ses détracteurs, elle pouvait se vanter de rameuter près de 400.000 lecteurs dans ses meilleurs jours. Un chiffre qui donne le tournis quand on sait que Malte accueille 420.000 habitants.

Sur le même sujet
ArrestationCorruption
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. d-20181122-3PU9H0 2018-11-22 20:26:06

    Benoît Lutgen: «Les commémorations, ça rappelle ce qui s’est passé dans les années 30, et ce qui se passe aujourd’hui»

  3. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue à la crise fédérale: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite