Euro 2020: Hongrie, pays de Galles et Slovaquie jouent pour la vingtième place qualificative

©Photonews
©Photonews

La dernière journée des éliminatoires, mardi, accouchera de l’identité du 20e qualifié pour l’Euro 2020: qui de la Hongrie, du pays de Galles ou de la Slovaquie décrochera l’ultime ticket distribué via ces qualifications ?

Dix-neuf plus un qui font vingt. Avant les barrages de mars, qui offriront les derniers billets pour la compétition à quatre des seize barragistes désignés via la Nations League, la première vague de qualifications prend fin.

Alors le Danemark et la Suisse ont validé leur qualification lundi, en plus des 17 déjà connues, le 20e et dernier ticket se jouera dans le groupe E, celui de la Croatie, déjà assurée de terminer première. La Hongrie, le pays de Galles et la Slovaquie ont tous trois une chance de l’obtenir.

S’il y a un vainqueur dans le match pays de Galles — Hongrie, celui-ci verra l’Euro. Si l’opposition accouche d’un match nul, alors les Slovaques pourraient s’engouffrer dans la brèche pour se qualifier, à condition de s’imposer contre l’Azerbaïdjan.

Par ailleurs, dans d’autres groupes déjà décantés, l’Allemagne, contre l’Irlande du Nord, et les Pays-Bas, face à l’Estonie, se disputent la première place. Les Allemands ont l’avantage avec pour le moment deux points d’avance sur les Néerlandais.

La Pologne et la Belgique, dans leurs groupes respectifs, sont déjà assurés de terminer premiers, mais ils voudront s’imposer pour maximiser leurs chances d’être têtes de série pour le tirage au sort du 30 novembre, qui s’annonce extrêmement complexe, notamment en raison des contraintes géographiques de cet Euro organisé dans douze villes d’Europe. En effet, les pays organisateurs, s’ils sont qualifiés, sont automatiquement répartis par paires (Danemark et Russie dans le même groupe, etc...)

Enfin, la soirée de mardi permettra de connaître les seize équipes qui se disputeront en mars les quatre derniers tickets dans des barrages. Leur identité dépend des résultats de la Ligue des nations, cette nouvelle compétition de l’UEFA lancée après le dernier Mondial. Les barragistes connaîtront leur sort le 22 novembre lors du tirage au sort des barrages.

Les matches de mardi (20h45)

Groupe C

Pays-Bas — Estonie

Allemagne — Irlande du Nord

Groupe E

Pays de Galles — Hongrie

Slovaquie — Azerbaïdjan

Groupe G

Pologne — Slovénie

Lettonie — Autriche

Macédoine du Nord — Israël

Groupe I

Belgique — Chypre

San Marin — Russie

Ecosse — Kazakhstan

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. d-20181122-3PU9H0 2018-11-22 20:26:06

    Benoît Lutgen: «Les commémorations, ça rappelle ce qui s’est passé dans les années 30, et ce qui se passe aujourd’hui»

  3. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue à la crise fédérale: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite