Présidence du MR: après les attaques, la pause fraternelle signée Bouchez (photo)

Présidence du MR: après les attaques, la pause fraternelle signée Bouchez (photo)

Au moment où les membres du MR commencent à recevoir, ce mardi, leur bulletin de vote pour le deuxième tour de l’élection présidentielle au MR qui oppose Georges-Louis Bouchez et Denis Ducarme, le premier nommé a choisi de faire une trêve dans leur (parfois dur) affrontement. Il a posté cette photo sur Twitter, appelant au « rassemblement » au MR, avec ce commentaire : « Une campagne peut amener à quelques tensions. Celle au sein du MR a été digne globalement et il serait dommage de la gâcher. » Et cette conclusion : « Ce qui rassemble les libéraux sera toujours plus fort que ce qui nous divise. En marche pour un Mouvement uni et moderne ! »

Il est vrai que lundi, une nouvelle passe d’armes avait opposé les duellistes, Denis Ducarme s’opposant fermement à l’idée de rapprochement avec le CDH de Georges-Louis Bouchez, plusieurs observateurs parlant d’une « erreur » de ce dernier.

Ce qui avait passablement énervé le Montois, lassé de ce qu’il considère comme des contre-pieds systématiques à ses prises de position de la part de son concurrent.

On nous fait toutefois remarquer que la photo postée par Bouchez n’est pas récente, le cliché ayant été pris avant la campagne interne au MR. Denis Ducarme tient d’ailleurs à le dire : « J’aime beaucoup cette photo prise avant la campagne, elle est très chouette ; il y en aura beaucoup d’autres ; après cette élection, nous serons réunis. Mais il ne faut pas s’y tromper : les deux projets en lice s’opposent sur bien des points. Au-delà de la relation au CDH, il y a sur d’autres aspects deux visions du libéralisme qui se font face. »

Philippe Goffin et Clémentine Barzin, candidats malheureux à la présidence du MR au premier tour, ont déjà annoncé leur soutien à Bouchez pour le second tour. Christine Defraigne attend la réponse des deux prétendants à 16 questions, rédigées avec d’autres libéraux sociaux, avant de se prononcer.

>> Les 16 questions de Defraigne à Ducarme et Bouchez

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190524-3U3PUF 2019-05-24 17:33:25

    Vie privée: les internautes ne sont pas prêts à se rebeller

  2. Le gouvernement Michel (la suédoise MR, N-VA, VLD, CD&V) était lourdement déséquilibré entre nord et sud
: les francophones, avec le seul MR, ne disposait que de 20 sièges sur 63.

    Un gouvernement minoritaire au Nord? Ce n’est pas une première

  3. A la veille du match entre l’AS Roma et l’Inter Milan, le journal italien Corriere dello Sport est au cœur d’une polémique avec cette « une ».

    Discriminations: «On ne peut parler de racisme sans parler des blancs»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Manifestations monstres contre Macron en France: ce qu’il faut oser dire

    Il n’y aura pas eu de chaos. La plupart des trains étaient à l’arrêt ce jeudi et la majorité des écoles, fermées. Mais les Français avaient anticipé ce « black thursday ». Si bien que le « mur du 5 décembre » n’a pas été érigé aussi haut que prévu.

    Emmanuel Macron aurait pourtant tort de considérer la partie gagnée. La mobilisation était très importante dans les manifestations. Et ce n’est que dans les...

    Lire la suite