Coupe Davis: la France s’impose dans la douleur face au Japon

@Reuters
@Reuters

La France, finaliste en 2018 de la dernière Coupe Davis dans son format historique, a remporté dans la douleur son premier match de la Coupe Davis nouvelle formule, mardi à Madrid, grâce à sa paire Nicolas Mahut – Pierre-Hugues Herbert qui a remporté le double décisif face au Japon.

Vainqueurs des Masters de double à Londres dimanche, Mahut et Herbert ont battu la paire nippone Ben McLachlan-Yasutaka Uchiyama 6-7 (4/7), 6-4, 7-5.

En modèle réduit à cause du petit nombre de spectateurs, 10 % à 20 % des sièges du court N.2 étaient garnis selon les moments du match, les Français ont vécu un vrai match de Coupe Davis… à l’extérieur. La poignée de supporters tricolores bien sagement assis n’a pas fait le poids face à la cinquantaine de fans japonais, folkloriques et actifs.

Jo-Wilfried Tsonga avait gagné le premier match face à Yusataka Uchiyama (81e mondial) 6-2, 6-1 en 58 minutes, mais Gaël Monfils, qui a semblé très las, s’était ensuite incliné face à Yoshihito Nishioka (73e) 7-5, 6-2 en 1h06.

Les Bleus affrontent jeudi la Serbie de Novak Djokovic pour le dernier match du groupe A.

Depuis cette année, la phase finale de la Coupe Davis rassemble 18 équipes séparées en 6 groupes de 3. Le premier de chacun des six groupes ainsi que les 2 meilleurs deuxièmes, départagés au nombre de sets et de jeux gagnés, se qualifient pour les quarts.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

  3. FILES-BRITAIN-ENTERTAINMENT-TERRY JONES

    Monty Python: Terry l’enchanteur a trouvé le sens de la vie

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite