Titan, un lune de Saturne, faite de plaines, de montagnes et de lacs, selon une étude

Titan, un lune de Saturne, faite de plaines, de montagnes et de lacs, selon une étude
AFP

Des dunes, des plaines, des lacs, des montagnes... Caché derrière une atmosphère brumeuse, Titan possède des paysages variés selon une cartographie globale, publiée lundi dans Nature Astronomy, de la plus grande lune de Saturne. «Titan est le seul objet extraterrestre connu à présenter à sa surface des étendues liquides», note Alice Le Gall de l’université Paris-Saclay, coauteur de l’étude, en évoquant ses lacs d’hydrocarbures.

Sur Titan, le méthane et l’éthane peuvent exister dans les trois états: solide, liquide, et gaz à la surface. Il y a donc un cycle du méthane (et de l’éthane) comparable à celui de l’eau sur Terre. C’est-à-dire des nuages qui précipitent et alimentent les rivières et les lacs (voire un réservoir liquide souterrain), etc.», explique à l’AFP la chercheuse.

En combinant des données de différents instruments de la mission Cassini (des images radar et des observations du spectromètre infrarouge), une équipe de chercheurs menée par Rosaly Lopes du California Institute of Technology (Caltech) aux Etats-Unis a pu répertorier six principaux terrains géologiques sur Titan.

«La répartition de ces terrains est assez compartimentée: les dunes sont dans la ceinture équatoriale de Titan, là où la météo est sans doute la plus aride, les plaines se trouvent aux moyennes latitudes, les lacs et les terrains labyrinthiques aux pôles (là où il pleut le plus)», explique la chercheuse.

Température de -180°C

Pour compléter le portrait de Titan, curieux astre où il fait -180°C, plus grand que Mercure et notre Lune, il faut rajouter des montagnes «un peu partout», et quelques cratères. En revanche, même si le satellite est composé d’au moins 50% de glace, cette dernière est peu présente à sa surface.

«En effet, les rayons UV du Soleil cassent en permanence les molécules d’azote et de méthane de l’atmosphère de Titan, qui se recombinent pour former, entre autres, des aérosols (des particules solides) organiques qui se déposent à la surface, la recouvrant d’une sorte de suie organique et masquant la glace sous-jacente (sauf sans doute au niveau des montagnes)», explique Alice Le Gall.

Selon l’étude publiée dans la revue Nature Astronomy, les dunes de Titan sont énormes, mesurant des centaines de km de long pour quelques km de large. Et les plaines, «des terrains relativement uniformes, sans caractéristique particulière», sont de loin les plus abondantes (65% de la surface).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. delalb

    Le roi Albert II reconnaît être le père de Delphine Boël, quel nom portera-t-elle?

  2. POLITICS PARTY MEETING PS

    Coalition fédérale: le PS dévoile les propositions «imbuvables» de la N-VA

  3. Le Dow Jones et le Nasdaq abandonnaient respectivement 1,5 et 1,9
% dès l’ouverture de la séance à Wall Street, face à l’incertitude causée par le coronavirus.

    Coronavirus: les marchés frissonnent à l’idée que la croissance chinoise se grippe

La chronique
  • Brux-ils Brux-elles : une priorité, la lutte contre les discriminations

    En filigrane de l’affaire Kir ne pouvait-on lire un peu de communautarisme ? Et faire le procès de l’un n’équivalait-il pas à ouvrir celui de l’autre ? La question s’est posée lors de chacune des (nombreuses) discussions avec des élus, socialistes mais pas que, des experts, de la communauté turque mais pas que… Avec, à plusieurs reprises, cette réponse, cinglée : « c’est le procès de la diversité que vous faites, et ça, c’est hors de question ». Non, il n’était, évidemment pas question de faire le procès de la diversité. C’est donc que le terme était mal choisi…

    Apparu dans la langue française au cours des années nonante, le mot « communautarisme » se hisse régulièrement dans les statistiques hautes d’occurrence sur le web et fait l’objet de nombreuses recherches académiques. Fabrice Dhume, sociologue, chercheur à Paris Diderot, s’est livré à une véritable enquête sur ce qu’il qualifie « de...

    Lire la suite

  • La leçon des «Sardines»: le populisme n’est pas une fatalité

    On dit souvent que l’Italie constitue le laboratoire politique de l’Europe. Et en Italie, Bologne apparaît comme le laboratoire du laboratoire. C’est dans la capitale émilienne, en effet, que le Parti communiste avait pris, à l’époque, ses distances avec Moscou. C’est là aussi que Romano Prodi avait inventé « l’Olivier », l’union de la gauche copiée un peu partout sur le continent. C’est là, encore, sur la place centrale, que Beppe Grillo avait lancé...

    Lire la suite