Le panda Bei Bei a quitté Washington, après 4 ans, en route vers la Chine (photos)

Le «Very Important Panda» Bei Bei a quitté mardi son enclos du zoo national de Washington pour un périple vers la Chine, la terre de ses ancêtres qu’il n’a jamais foulée. Le plantigrade mâle âgé de 4 ans, devenu une mascotte pour de nombreux Américains, a été placé dans une cage qui sera transportée par Boeing spécial jusqu’à Chengdu, la capitale mondiale des pandas.

Sa gardienne depuis sa naissance et un vétérinaire seront du voyage. Pour nourrir Bei Bei durant les 16 heures de vol, ils disposeront d’une trentaine de kilos de bambous et des bonnes quantités de pommes, poires, patates douces et biscuits.

Le destin de Bei Bei, dont le nom signifie «Trésor précieux», est scellé par un programme mondial géré par les autorités chinoises.

Considérés comme un «trésor national» en Chine, les pandas ont été offerts comme cadeaux d’Etat par Pékin autour des années 1970. La Chine a depuis abandonné cette politique, remplacée par des prêts ou locations à long terme, souvent très coûteux pour les zoos, les pandas et leur progéniture restant la propriété de la République populaire.

Bei Bei, né à Washington, a bénéficié d’une forte cote d’amour aux Etats-Unis. Son nom avait été dévoilé en grande pompe en 2015 par la Première dame des Etats-Unis, Michelle Obama, et son homologue chinoise Peng Liyuan.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20170315-3DKLLK 2019-12-05 20:14:59

    Nethys: la tutelle juge les indemnités illégales mais ne peut pas tout annuler

  2. RTR1SY1T

    «J’ai pris la fuite lors de la nuit de noces mais ma mère m’a ramenée à mon mari»

  3. GagnantsPerdants

    Joachim Coens, l’Ommegang et Paris: les gagnants et les perdants de la semaine

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite