Le panda Bei Bei a quitté Washington, après 4 ans, en route vers la Chine (photos)

Le «Very Important Panda» Bei Bei a quitté mardi son enclos du zoo national de Washington pour un périple vers la Chine, la terre de ses ancêtres qu’il n’a jamais foulée. Le plantigrade mâle âgé de 4 ans, devenu une mascotte pour de nombreux Américains, a été placé dans une cage qui sera transportée par Boeing spécial jusqu’à Chengdu, la capitale mondiale des pandas.

Sa gardienne depuis sa naissance et un vétérinaire seront du voyage. Pour nourrir Bei Bei durant les 16 heures de vol, ils disposeront d’une trentaine de kilos de bambous et des bonnes quantités de pommes, poires, patates douces et biscuits.

Le destin de Bei Bei, dont le nom signifie «Trésor précieux», est scellé par un programme mondial géré par les autorités chinoises.

Considérés comme un «trésor national» en Chine, les pandas ont été offerts comme cadeaux d’Etat par Pékin autour des années 1970. La Chine a depuis abandonné cette politique, remplacée par des prêts ou locations à long terme, souvent très coûteux pour les zoos, les pandas et leur progéniture restant la propriété de la République populaire.

Bei Bei, né à Washington, a bénéficié d’une forte cote d’amour aux Etats-Unis. Son nom avait été dévoilé en grande pompe en 2015 par la Première dame des Etats-Unis, Michelle Obama, et son homologue chinoise Peng Liyuan.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite