La Belgique fait le show face à Chypre et réalise un sans-faute dans les qualifications pour l’Euro (6-1, vidéos)

Après une cuvée 2018 déjà unique où elle a décroché la troisième place du Mondial en Russie, la génération actuelle des Diables rouges est encore un peu plus rentrée dans l’histoire du football belge. La victoire contre Chypre ce mardi lui permet en effet de signer un retentissant 30 sur 30 en alignant un dixième succès de rang dans le groupe I des qualifications pour l’Euro 2020.

Tous les objectifs étaient déjà atteints après une victoire autoritaire contre la Russie samedi à Saint-Pétersbourg (1-4). Qualifications, première place et statut de tête de série pour la phase finale étaient en effet actés. La fête a donc été totale mardi soir à Bruxelles malgré un départ compliqué…

Le résumé du match

Avec sept changements par rapport au onze de Saint-Pétersbourg, et la première apparition d’Elias Cobbaut, la Belgique a été menée 0-1 à la suite d’un but de Nicholas Ioannou (14e). Mais les Diables, supérieurs dans tous les compartiments, ont ensuite totalement inversé la tendance grâce à Christian Benteke (16e), Kevin De Bruyne (36e, 42e) et Yannick Carrasco (44e).

Dans leur tout nouveau maillot, les Diables ont continué leur marche en avant au retour des vestiaires. Un centre puissant d’Eden Hazard a provoqué un but contre son camp de Kypros (5-1, 51e) et Benteke, bien lancé par De Bruyne, a inscrit un doublé (6-1, 68e).

Le tirage au sort de la phase finale de l’Euro se déroulera le 30 novembre à Bucarest.

Les Diables se retrouveront en mars prochain, lors de la prochaine trêve internationale. Ils disputeront des rencontres de préparation en vue de l’Euro mais l’identité des adversaires n’est pas encore connue.

Les tournants du match

10e. Première occasion pour les visités. Vanaken vient de la 2e ligne et se retrouve à la conclusion d’un beau mouvement offensif mais, en position idéale, il ne se montre pas précis.

15e. Sur une mauvaise relance d’Eden Hazard, Ioannou surgit et intercepte le ballon au milieu du terrain puis accélère sur 40 mètres et place le ballon hors de portée de Mignolet. C’est 0-1.

16e. Réaction immédiate des Diables. De Bruyne centre vers Benteke qui ne peut négocier ce ballon, mais Carrasco qui a suivi en seconde zone remet la balle en retrait à Benteke qui égalise.

30e. Eden Hazard réalise une passe diagonale dans le rectangle, Carrasco feinte et laisse passer pour Benteke qui, dos au but, pivote et canonne. Mais Michael repousse brillamment des poings.

35e. Sur un second ballon, De Bruyne tente une frappe aux 16 mètres. Le tir est croqué, mais le gardien adverse laisse inexplicablement passer le ballon dans son but. Incroyable bourde à ce niveau ! C’est 2-1.

41e. De Bruyne plante sa seconde rose de la soirée, cette fois sans l’aide du gardien de but chypriote. En effet, sa frappe du pied droit à ras du sol est plus précise que jamais et plutôt sèche.

43e. Carrasco permet à la Belgique de mener 4-1 à la pause. L’assist d’Eden Hazard est aussi beau que la reprise en un temps du buteur.

51e. But contre son camp de Kypros qui, sous la pression de Benteke, place le ballon au fond de ses propres filets.

68e. Avant de céder sa place, De Bruyne délivre un caviar à Benteke qui conclut victorieusement cette contre-attaque des Belges. C’est 6-1.

72e. Benteke est à nouveau lancé dans la profondeur par Praet, mais si l’attaquant de Crystal Palace contrôle parfaitement le ballon dans sa course, il tergiverse trop avant de tirer. Merkis l’empêche alors de marquer.

Les vidéos des buts

0-1 : Ioannou

1-1 : Benteke

2-1 : De Bruyne

3-1 : De Bruyne

4-1 : Carrasco

5-1 : Kypros (CSC)

6-1 : Benteke

Revivez le direct

Les autres matches

Les classements

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Carolos et Brugeois (ici Dessoleil et Vormer) ne se sont plus affrontés depuis un peu plus d’un an et un succès des Zèbres (0-1, but d’Angella) au Jan Breydelstadion.

    Par Maxime Stévenne

    Charleroi

    Bruges au Mambourg, cinq mois plus tard…

  • Ed Woodward et Sir Alex Ferguson.

    Par Rocco Minelli

    Angleterre

    Ed Woodward, le diable de Manchester United

  • @News

    Par François Laurent (avec Ma.St. et VJ)

    Charleroi

    Mata est entré dans une nouvelle dimension

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite