Donald Trump est furieux des spéculations des médias sur son état de santé

Donald Trump est furieux des spéculations des médias sur son état de santé
AFP

La presse dans ce pays est dangereuse ! » : Donald Trump s’est dit furieux mardi des spéculations sur son état de santé à la suite d’une visite impromptue ce week-end dans un hôpital militaire proche de Washington.

Le président américain, 73 ans, s’est rendu samedi à l’hôpital Walter Reed pour, selon les termes de la Maison Blanche, « entamer sa visite médicale annuelle ». Cette visite, qui n’avait pas été annoncée à l’avance, et qui intervient neuf mois seulement après la précédente, a suscité des interrogations.

« Je suis allé passer une visite médicale. Je reviens et ma femme me dit : ‘Chéri, ça va ? Que se passe-t-il ? Ils disent que tu as peut-être eu une crise cardiaque’», a raconté M. Trump à l’occasion d’une réunion à la Maison Blanche avec les membres de son gouvernement.

« J’étais là-bas peu de temps, la routine, j’ai fait une partie (de la visite médicale), le reste aura lieu en janvier », a-t-il poursuivi, avant de lancer une diatribe contre les médias.

« Ces gens sont malades ! La presse dans ce pays est dangereuse ! Nous n’avons pas de liberté de la presse dans ce pays, nous avons l’opposé ! Nous avons des médias corrompus et j’espère qu’ils vont se ressaisir parce que c’est très très mauvais et très très dangereux pour notre pays ».

Le médecin de la Maison Blanche a publié dimanche soir un communiqué affirmant que, « en dépit de certaines spéculations », M. Trump n’avait pas ressenti de douleur à la poitrine, et n’avait été ni diagnostiqué ni traité pour des problèmes « urgents ou aigus ».

Lors de son précédent examen en février, le docteur Sean Conley avait établi que son célèbre patient était « en très bonne santé ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20150129-37L6LD 2015-01-29 10:05:39

    Banque: un accès au cash toujours plus complexe

  2. Joachim Coens et Georges-Louis Bouchez.

    Bouchez-Coens: deux novices pour sortir de la crise politique

  3. Pour les sénateurs démocrates comme Elizabeth Warren, il faut que la procédure s’achève vite pour leur permettre de faire leur campagne pour les primaires de leur parti.

    Chefs d’accusation contre Trump: pourquoi les démocrates sont pressés d’en finir

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «La grande misère du choix électoral»

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Le grand fossé de l’impeachment, dans l’Amérique de Trump

    Montez ! Sautez dans le traîneau des esprits de Noël, et laissez-vous mener par-delà les villes et les champs, pour entrer dans les chaumières et prendre le pouls des foyers américains ! Cette radioscopie à la Dickens, dont rêvent tous les sondeurs depuis l’élection surprise de Donald Trump en 2016, ne vous réjouirait guère : jamais depuis la guerre de Sécession (1861-1865), nos cousins n’ont été plus divisés, ne se sont ainsi entre-déchirés, au point de reconsidérer, de plus en plus fréquemment, leur participation au sacro-...

    Lire la suite