Roberto Martinez explique ses choix avant Belgique-Chypre: «Une récompense pour Mignolet» (vidéo)

@News
@News

Roberto Martinez avait prévenu lundi qu’il allait opérer plusieurs changements dans son onze de base pour affronter Chypre mardi soir pour le compte de la 10e et dernière journée du groupe I des qualifications pour l’Euro 2020. L’Espagnol a donc injecté Simon Mignolet, Elias Cobbaut, Jason Denayer, Hans Vanaken, Youri Tielemans, Yannick Carrasco et Christian Benteke par rapport au match de samedi en Russie

Mignolet n’avait plus défendu les buts belges depuis octobre 2018 et un amical contre les Pays-Bas. « Il compte 99 sélections avec l’équipe nationale. C’est une récompense pour tout le travail accompli dans l’ombre de Thibaut Courtois. On veut qu’il occupe un rôle important » a expliqué le sélectionneur au micro de la RTBF.

Elias Cobbaut fait pour sa part ses premiers pas en sélection national. « Je suis heureux de sa faculté d’adaptation et pour ce qu’il a montré dans le groupe. Il a un profil intéressant pour nous. Il peut jouer sur le flanc et dans un quatre arrière ».

Offensivement, Benteke est donc titularisé. « C’est intéressant de le voir dans un rôle d’attaquant ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  2. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

  3. Le fantasme des apôtres de la sécurité publique
: plus on pourra scanner les foules et identifier des suspects, plus la criminalité reculera. Encore faudrait-il que le système soit performant.

    Grand format – Le délit de sale gueule de la reconnaissance faciale

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite