Les gardiens de prison de Jeffrey Esptein sont inculpés

Jeffrey Epstein
Jeffrey Epstein - AFP

La mort le 10 août dans une prison fédérale new-yorkaise du financier Jeffrey Epstein, figure de la jet-set, avait mis fin de facto aux poursuites contre lui et privé ses accusatrices d’un procès qui s’annonçait retentissant : le millionnaire de 66 ans était accusé d’avoir, au prétexte de massages, exploité sexuellement des jeunes filles mineures des années durant, dans ses luxueuses résidences de Manhattan, de Floride et des Caraïbes.

Décrit par ses victimes présumées comme un prédateur sexuel insatiable, il risquait jusqu’à 45 ans de prison.

L’autopsie a conclu que le financier s’était suicidé par pendaison. Mais ce point est contesté : un expert mandaté par le frère de Jeffrey Epstein a estimé récemment que les éléments témoignaient « davantage d’un homicide que d’un suicide ».

Quelques jours après sa mort, le ministre américain de la Justice William Barr avait déploré de « graves » dysfonctionnements dans cette prison de Manhattan réputée particulièrement sûre où il était détenu depuis début juillet.

Le directeur de l’établissement, le Metropolitan Correctional Center, avait été muté et les deux gardiens suspendus.

Mardi, le procureur de Manhattan a publié l’acte d’accusation contre les gardiens qui devaient le surveiller dans la nuit du 9 au 10 août : Tova Noel, 31 ans, et Michael Thomas, 41 ans, sont accusés de n’avoir « pas fait les rondes » de surveillance qu’ils devaient faire.

« Ils sont restés à leur bureau, ont surfé sur le net, et se sont promenés dans les parties communes de leur unité », a affirmé le procureur, cité dans un communiqué.

« Pour dissimuler leurs manquements », ils ont « signé de faux certificats attestant avoir fait plusieurs rondes de comptage des prisonniers, ce qui n’était pas le cas », a encore accusé le procureur.

Aucune ronde n’a été effectuée entre 22h30 le 9 août et 06h30 le 10 août, heure à laquelle le corps d’Epstein a été découvert dans sa cellule, a-t-il affirmé.

La mort du millionnaire au carnet d’adresses très fourni, aussi bien aux Etats-Unis qu’en Europe, avait fait scandale et alimenté des théories du complot : certains faisaient valoir que certaines personnalités qu’avait fréquentées Epstein avaient tout intérêt à le voir mort.

Le financier comptait parmi ses connaissances le prince Andrew, fils de la reine Elizabeth II, l’ex-président Bill Clinton, l’actuel président Donald Trump et de nombreuses autres personnalités américaines.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 06776267

    Malgré la culpabilité de Weinstein, le procès emblématique post-#MeToo s’achève en demi-teinte

  2. A Codogno en état de siège, les pharmacies, supermarchés et boulangeries sont pris d’assaut.

    Coronavirus: l’Italie du Nord à la recherche du «patient zéro»

  3. François Fillon et son épouse Penelope - ici, en décembre dernier -, risqent jusqu’à dix ans de prison.

    Face aux juges, François et Penelope Fillon risquent gros

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite