Les hôpitaux bientôt en rupture de médicaments anticancéreux

Les hôpitaux bientôt en rupture de médicaments anticancéreux
Adam Nieścioruk, Unsplash

En raison d’une rupture de stock, plusieurs hôpitaux belges manquent de Paclitaxel, un médicament utilisé en chimiothérapie, en particulier pour les patientes atteintes du cancer du sein. Le médicament peut être acheté à l’étranger, mais il coûte jusqu’à six fois plus cher, rapporte VTM Nieuws mardi soir.

« Nous avons juste assez de Paclitaxel en stock pour traiter six patients mercredi. Mais le produit sera ensuite épuisé. Nous informerons lundi les patients programmés la semaine prochaine », explique le Dr Philip Vroman de la clinique du sein de l’AZ West à Furnes.

Selon l’Association flamande des pharmaciens d’hôpitaux (VZA), plusieurs hôpitaux font face à une grave pénurie. D’autant plus que pour un grand nombre de patients, il n’est pas possible de recourir à une médecine alternative.

Le Paclitaxel reste cependant disponible à l’étranger. « Je viens ainsi de recevoir une offre des Pays-Bas », souligne pour sa part Els Vandercruysse, pharmacienne en chef à l’AZ West. « Mais il faut débourser 150 euros pour 30 mg, soit six fois plus que ce que nous payons normalement en Belgique. »

Les sociétés concernées (Fresenius Kabi, Accord Healthcare, Hospira, Teva, Mylan et Aurobindo) ont informé l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) de la rupture de stock imminente. « Les pharmaciens en hôpitaux qui connaissent une rupture de stock peuvent importer le médicament de l’étranger sur la base d’une ordonnance médicale individuelle et d’une déclaration du médecin. L’inconvénient est que le patient ne peut pas bénéficier du prix et du remboursement tels que déterminés pour les médicaments destinés au marché belge », indique l’AFMPS mardi soir.

Mais il n’est pas question de mauvaise volonté de la part de l’industrie pharmaceutique, renchérit Ann Eeckhout, porte-parole de l’agence. « Un fabricant (Hospira) a entre-temps déjà demandé une dérogation (auprès de la Comission consultative de l’AFMPS, ndlr) pour que les livraisons destinées à d’autres pays puissent être envoyées en Belgique. Les emballages doivent être adaptés et fournis avec nos langues nationales. « En cas d’avis positif (dans les cinq jours ouvrables), les emballages importés seraient disponibles pour les patients belges d’ici la mi-décembre 2019 (un mois après l’approbation de la dérogation) », précise l’AFMPS. Dans ce cas, le prix et le remboursement seront identiques à ceux du médicament initialement destiné au marché belge.

Au vu de la situation, la Société belge d’oncologie médicale demande l’intervention de la ministre de la Santé, Maggie De Block (Open VLD). Cette dernière a fait savoir mardi qu’elle dresserait un état des lieux avec l’AFMPS mercredi.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FILES-CRASH-HELICOPTER-KOBE-BRYANT (2)

    Décès de Kobe Bryant: le Black Mamba ne mordra plus

  2. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  3. 83090060_855752328196826_8677988821796651008_n

    Brexit: il y a 47 ans, les Britanniques rejoignaient les Européens sans fanfare

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Vraiment, nous vivons en de sombres temps

    Auschwitz, il y a 75 ans. Si une angoisse particulière s’ajoute cette fois, c’est que cette commémoration a des allures de paratonnerre. Comme si, en dénonçant à nouveau les horreurs innommables que des hommes ont pu faire subir à d’autres hommes, on tentait de conjurer le sort pour, si pas le présent, du moins un futur peut-être proche.

    « J’aimerais pouvoir assurer que nous, les Allemands, avons appris de l’Histoire une fois pour toutes. Mais je ne peux dire cela alors que la haine se répand....

    Lire la suite